Je me lance en politique

La défaite de la gauche hier, m’a décidé à me lancer en politique. Ou plutôt elle a a accéléré ma décision. En effet jusque là, j’attendais ma naturalisation. Elle ne risque de pas venir de si tôt. (J’ai fais ma demande il y a près de 2 ans et demi). Je veux apporter ma pierre à l’édifice, compter pour que ça change. Mes opinions politiques sont fondées depuis maintenant longtemps. Je me rappelle qu’en 1995, je scandais déjà « Balladur, Ordure! ». J’avais suivis les élections de 1995 et vu la victoire de Chirac et de son « mangez des pommes ». Depuis lors la passion de la politique ne m’a plus quitté. Ma mère est de gauche, mon père je dirais gaulliste. Le fait de ne pas avoir la nationalité française m’a encore davantage incité à m’y intéresser.

Je savais que le consensus est qu’un étranger n’avait pas le droit de m’exprimer sur la politique de son pays. Et je voyais déjà là une injustice. Et puis, autour de moi, je voyais la détresse sociale. Moi-même je l’ai vécu. Ma famille est passé de périodes de prosperité jusqu’au début des années 90 à la crise.
Tout ce passif m’a conduit à connaître les idées et la logique qui les portaient: les idéologies. J’ai toujours été un fervent républicain. Je me rappelle toujours avoir adhéré à l’idéal démocratique, à Liberté Égalité Fraternité, aux droits de l’Homme et du citoyen. Pour moi c’est ça la France, bien avant d’être une nation, c’est une République. Devant toutes les inégalitées, les injustices, j’étais farouchement pour la justice et le progrès. Ne pas penser qu’à sa pomme est également central à mon éducation, d’où l’idée de l’intérêt commun primant sur l’intérêt de groupes particuliers.
Au fur et à mesure que je grandissais je me suis rendu compte que ce point de vue avait un nom: la gauche.

Je me suis alors intéressé à la politique en Tunisie, compris le nationalisme arabe de gauche de Bourguiba tout en rejettant sa composante clanique et autoritaire. En France, l’autoritarisme et la recherche de l’intérêts de minorités privilégiés a pour moi un nom: la droite.
Jusqu’à mon adolescence, la politique chez moi était utopique, idéalisée. A l’adolescence je voulais le progrès, le changement j’étais réformiste. Mais les grands héros à mes yeux étaient encore ceux de la Révolution française, de la Commune de Paris et de la Résistance. J’ai vaguement papillonné autour des mouvements anarchistes et communistes. Mais comme on m’avait expliqué que le communisme était disqualifié et que l’anarchisme est plus un romantisme, je me suis intéressé à la social-démocratie et à DSK. Mais au fur et à mesure des mes idées et de mes rencontres, j’ai réalisé qu’il existe un énorme fossé entre la France qui ignore son peuple, et ce dernier. Celle qui voient dans le pauvre un assisté, un d’origine étrangère, une racaille en puissance. J’ai découvert des gens de droite. J’ai réalisé l’étendue de la richesse et de la pauvreté dans notre pays. Et en même temps je me suis intéressé aux fondements théoriques du socialisme, du communisme et de la social-démocratie.
Nous pouvons et nous avons le devoir de faire en sorte que chacun vive dignement. Les théories libérales ont montré leurs limites et ne sont pas nécessairement meilleures pour l’économie. La pensée: « la droite c’est bon pour l’économie, la gauche pour le social » m’est totalement étrangère. Je n’ai jamais vu la gauche comme un mouvement de romantiques pour la charité. C’est un projet pour une meilleure société, plus efficace et plus juste. Alors cette conclusion a, à mes yeux, totalement disqualifié la social-démocratie.
Si j’avais suivit mon éducation et mon milieu social j’aurais été écolo, ou au PS. Mais je connais les idées derrières les sigles. Je suis pour le progrès économique. Par conséquent ma famille c’est le socialisme démocratique.
Comme je sais que mon point de vue aujourd’hui est minoritaire et dévalorisé, je ne vise pas le pouvoir, je vise à influer sur ceux qui l’auront. Je veux convaincre les gens que l’espoir est possible, que la politique peut changer leurs vies. Que la justice et la démocratie sont bénéfiques pour tous.
De toute façon, je suis fils d’immigrés et suis vu comme tel. Même si mes parents ont eu tous deux une éducation dans le supérieur, même s’ils n’ont jamais été ouvriers, je suis vu comme appartenant à ce monde. Quant bien même je m’enrichirais, je réussirais, je deviendrais un bourgeois bien établi, cette vision persistera. Bien loin de la rejetter, je l’épouse totalement !

La lutte c’est classe…
contre classe.

Mes signets du 04/05/2007

Mes signets du jour :

blogmarks.net

Google Sitemap

Google vient de sortir une nouvelle technologie pour le référencement. Il s’agit de Google Sitemap une technologie basée sur le format XML. Ça a l’air comme ça assez simple voire trivial. Vous décrivez la façon dont vous souhaiter que votre site soit référencé en utilisant le vocabulaire XML associé. De façon plus détaillée on peut alors spécifier la périodicité de mise à jour, la dernière mise à jour d’une url de votre site et l’importance (ou la priorité) relative d’une url par rapport à une autre de votre site.
C’est donc simple d’utilisation… Mais quels seront les bénéfices réels de celui qui l’implémente ?
En premier lieu il sera mieux référencé dixit Google, mais à quel prix ?

  • Le format est bien libre en apparence, c’est un standard que Google essaye de promouvoir. Mais le temps que les autres moteurs de recherches qui le souhaitent l’implémentent il se passera un temps non-négligeable. Les sites qui utiliseront cette technologie apparaîtront ainsi mieux sous Google et uniquement sous Google. C’est une forme de captivité.
  • Les balises meta en (X)HTML ne suffisent-elles pas au référencement ? Est-ce que c’est réellement le boulot du webmestre de faire en sorte que son site facilite et allège la charge du robot d’indexation ? La balise META revisit-after par exemple qui est assez explicite doit pouvoir suffire. La seule innovation apportée est l’importance relative des pages entre elles et c’est à mon avis très difficile à juger et pas forcément d’un intérêt éclatant à première vue…
  • Et d’un point de vue technique ils ont créés un nouveau format XML en se basant sur un schéma XML de type XSD, que je n’aime pas et auquel je préfère RelaxNG.
  • La centralisation qu’entraîne ce nouveau format où toutes les informations sont dans un unique fichier indépendants des fichier HTML ne me plaît pas. En effet je tiens à ce qu’un site ne soit pas forcément un ensemble, un portail homogène et centralisé. Mélanger statique, généré, dynamique est un pilier important de la création Web.

Par contre il y a des points positifs qu’il faut également relever:

  • en premier lieu la licence du format qui est Attribution-ShareAlike Creative Commons License, donc dans l’esprit de la GNU GPL et surtout compatible avec cette dernière;
  • simplifie grandement l’écriture de robots d’indexation, en théorie plus besoin de chercher dans les pages html pour des liens hypertextes, ceux-ci seront directement présents;
  • permet de controler l’importance de certaines pages et ainsi diminuer l’impacts des pages inutiles;
  • diminution du trafic de bande passante par les robots d’indexation;
  • la «carte du site» ainsi générée permettra de développer de nouvelles sortes d’applications permettant de naviguer dans un site de façon plus efficace, plus accessible peut-être…
  • et finalement en effet de bord intéressant, ça incite très fortement le créateur de site web à faire en sorte que les urls soient permanentes et prévisibles sinon ça deviendrait vite galère à maintenir

Pour conclure, je n’implémenterai pas personnellement ce genre de technique. Ça me semble une façon pour Google de rendre son modèle actuel viable sur une plus grande période et pas forcément d’une pertinence extrême pour le créateur de site web.
Voilà j’aimerais que si ça vous intéresse vous me faites part de vos impressions.

via http://googleblog.blogspot.com/2005/06/webmaster-friendly.html

PHP vs Python

PHP et Python sont deux langages de programmation dynamiques qui sont très utilisés pour des applications Web. Le premier l’a largement emporté sur le second en terme de part de marché ! En effet quel hébergeur grand public ne supporte pas mod_php et plus généralement l’architecture LAMP ?

PHP a tellement envahi le web qu’il est devenu le langage du débutant. Lorsqu’une personne est intéressée par le développement elle va chercher la façon la plus facile et celle qui donnera des résultats le plus rapidement. PHP dispose de communautés énormes et basés davantage sur l’assistance, l’expérimentation et la culture du tutoriel que sur l’autonomie et l’apprentissage par la lecture de documentations.

Python est de ce côté là plus proche des autres projets et communautés de logiciel libre. Ce qui rends le monde Python plus rigoureux et adepte des solutions techniquement les meilleures que les plus populaires et faciles. Mais de fait ça rends cette comunauté élitiste. C’est pourquoi je pense comme Ian Bicking que «Résoudre les problèmes de Python pour le développement web sont la meilleure chose que nous puissions faire pour vendre Python.»

Les défauts de PHP sont connus et pléthores mais surtout on fait coulé beaucoup d’encre et suscité des frustrations énormes qui ont conduit beaucoup de développeurs à se tourner vers d’autres langages comme Python (ex: moi)…
Mais alors que Python est à mon avis la solution la plus mature et la plus adaptée on assiste à la montée de RubyOnRails, une solution mieux vendue, et homogène: un langage, une plateforme.

Et c’est là que le bat blesse, où est l’homogénéité du monde Python ? Il existe certes de nombreuses solutions tel Zope, CherryPy, mod_python mais aucune solution qui arrive à s’imposer de façon globale. De toute façon je ne pense pas que celà soit souhaitable dans la mesure où chaque solution réponds à une certaine problématique.
Là où on a un besoin d’homogénéité est dans l’offre pour les débutants et les hébergeurs gratuits. Le débutant ne souhaite pas payer pour un hébergeur dans un premier temps, il utilise les services d’hébergeurs gratuits… Et quasiment aucun hébergeur gratuit (à part de petits et obscures hébergeurs bénévoles ou collaboratifs) ne le fait. Et pourquoi ?

La raison technique la plus évidente est la difficulté de rendre inaccessible au script éxécuté le système. Un script éxécuté côté serveur ne doit pouvoir lire ou écrire que dans son espace restreint…
Le jour où installer un Python qui répondra à ses exigences sera aussi simple que apt-get install libapache-mod-php4 ça sera gagné…