Malcolm X et le problème de la violence : Les émeutes raciales (3)

Malcolm X s'adressant à une foule

Malcolm X s’adressant à une foule

Les émeutes raciales sont au centre de l’intérêt donné à la question de la violence. La question des moyens, des méthodes, ressurgit à chaque nouvelle émeute. L’émeute est tel le pouls du mouvement. À chaque nouvelle émeute, le doute s’empare du mouvement des droits civiques et de ses soutiens. Chaque nouvelle émeute est une occasion pour les soutiens de l’auto-défense de passer à l’acte. Mais qu’en est-il dans les discours de Malcolm ?

Continue reading

Malcolm X et le problème de la violence : Introduction (1)

malcolmx-unity

« Et le procès fait à la violence c’est cela même qui est la brutalité. Et plus la brutalité sera grande, plus le procès infamant, plus la violence devient impérieuse et nécessaire. Plus la brutalité est cassante, plus la violence qui est vie sera exigeante jusqu’à l’héroïsme.»

Jean Genet, Violence et brutalité, 2 Septembre 1977

« Ceux qui ont pris tout le plat dans leur assiette, laissant les assiettes des autres vides et qui ayant tout disent avec une bonne figure, une bonne conscience : « nous, nous qui avons tout, on est pour la paix … » Je sais ce que je dois leur crier, à ceux là : «  les premiers violents, les provocateurs de toutes violences, c’est vous !  Et quand le soir dans vos belles maisons, vous allez embrasser vos petits enfants avec votre bonne conscience, au regard de Dieu vous avez probablement plus de sang sur vos mains d’inconscient que n’en aura jamais le désespéré qui a prit des armes pour essayer de sortir de son désespoir ». »

Abbé Pierre

Continue reading

La figure clivée du colonisé entre différence et ressemblance

Colonisé sauvage

Colonisé régénéré (mimétisme)

Colonisé civilisé

«Il est en effet évident que le Malgache peut parfaitement supporter de ne pas être un Blanc. Un Malgache est un Malgache; ou plutôt non, un Malgache n’est pas un Malgache : il existe absolument sa « malgacherie ». S’il est Malgache, c’est parce que le Blanc arrive, et si, à un moment donné de son histoire, il a été amené à se poser la question de savoir s’il était un homme ou pas, c’est parce qu’on lui contestait cette réalité d’homme. Autrement dit, je commence à souffrir de ne pas être un Blanc dans la mesure où l’homme blanc m’impose une discrimination, fait de moi un colonisé, m’extorque toute valeur, toute originalité, me dit que je parasite le monde,  qu’il faut que je me mette le plus rapidement possible au pas du monde blanc, « que je suis une bête brute, que mon peuple et moi sommes comme un fumier ambulant hideusement prometteur de canne tendre et de coton soyeux, que je n’ai rien à faire au monde ». Alors j’essaierai tout simplement de me faire blanc, c’est-à-dire j’obligerai le Blanc à reconnaître mon humanité.»

Frantz Fanon, Du prétendu complexe de dépendance du colonisé – Peau Noire, masques blancs, 1952, p. 79

«Le Noir est à la fois le sauvage (le cannibale) et pourtant le plus obéissant et le plus célébré des serviteurs (le porteur de nourriture) ; il est l’incarnation de la sexualité ramante, le primitif, le simple d’esprit et pourtant le menteur  et le manipulateur des forces sociales le plus accompli du monde. À chaque fois, ce qui est dramatisé est une séparation – entre les races, les cultures et les histoires, au sein des histoires -, une séparation entre un avant et un après qui répète obsessivement le moment mythique de la disjonction. […] Le fantasme colonial […] propose une téléologie – dans certaines conditions de domination coloniale et de contrôle, l’indigène est progressivement réformable. De l’autre, toutefois, il affiche effectivement la «séparation», il la rend plus visible. C’est la visibilité de cette séparation qui, en déniant au colonisé toute capacité d’autogouvernement, d’indépendance, de modes occidentaux de civilité, donne son autorité à la version et à la mission officielles du pouvoir coloniale.»

Homi Bhabha, Les lieux de la culture, Payot, 2007, p. 144.

«Le mimétisme colonial est le désir d’un Autre réformé, reconnaissable, comme sujet d’une différence qui est presque le même, mais pas tout à fait. Ce qui revient à dire que le discours du mimétisme se construit autour d’une ambivalence ; pour être efficace, le mimétisme doit sans cesse produire son glissement, son excès, sa différence. »

Ibid, p. 148

Mes signets du 20/09/2009 au 23/09/2009

Ma selection de liens du 20/09/2009 au 23/09/2009:

  • Les poupées Barbie de l’Islam light : exhibitionnisme et érotisme victimaires – Actualité, | Oumma.com – L’homme français du XXIe siècle doit arrêter de se projeter comme l’émancipateur en puissance de la « femme musulmane », que celle-ci porte voile ou pas, la réduisant à n’être finalement qu’un objet de ses fantasmes sexuels et pulsions érotisantes.
  • Sémites, ou la fiction de l’Autre – Selon un très vieux préjugé, Juifs et Arabes, juifs et musulmans, s’ils sont «ennemis», sont avant tout des «frères» partageant un rapport commun au monde, à la religion et aux texte sacrés. Cette unité se manifeste dans la fiction du «Sémite». Se fondant sur une lecture deSemites: Race, Religion, Literature de Gil Anidjar, Warren Montag soutient que, si cette unité fictionnelle est avant tout le fruit de l’opération par laquelle le christianisme – dont la laïcité ne serait que l’un des derniers avatars – s’est construit un Autre, elle est peut-être également susceptible d’une récupération politique, problématique mais féconde, par ceux qu’elle est censée désigner.
  • Pouvoir / Savoir – Peut-être faut-il renoncer à croire que le pouvoir rend fou et qu’en retour la renonciation au pouvoir est une des conditions auxquelles on peut devenir savant. Il faut plutôt admettre que le pouvoir produit du savoir ( et pas simplement en le favorisant parce qu’il le sert ou en l’appliquant parce qu’il est utile); que pouvoir et savoir s’impliquent directement l’un l’autre; qu’il n’y a pas de relation de pouvoir sans constitution corrélative d’un champ de savoir, ni de savoir qui ne suppose et ne constitue en même temps des relations de pouvoir.

La création de la Blanchitude (Tim Wise)

Ci-dessous la transcription du discours vidéo de Tim Wise ci-dessus que j’ai traduit et sous-titré. Il relève des « White Studies »  et de la volonté d’étudier les Blancs comme un groupe ethnique comme les autres et non comme une norme, ainsi que l’Histoire de sa formation et son rapport particulier (de domination) aux autres groupes ethniques.  Ce texte ainsi que la vidéo sont sous contrat Creative Commons Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France License.

Tim Wise à propos du Privilège Blanc : « La création de la Blanchitude »

Si vous connaissiez l’histoire du concept de Blanchitude. Si vous connaissiez toute l’histoire du concept de la race Blanche d’où elle est venu, dans quel but et pour quelles raisons. Vous sauriez que c’était un piège et qu’il a fonctionné avec brio.

Vous verriez qu’avant le milieu des années 1600 dans les colonies qui deviendront par la suite les Etats Unis la race Blanche n’existait pas. Les nôtres d’origine européennes ne se définissaient pas en ces termes jamais vraiment jusqu’à ce moment. En réalité, dans les vieux pays d’Europe, nous passions le plus clair de notre temps à nous entretuer. Nous ne nous aimions pas les uns les autres. Nous n’étions pas une grande et heureuse famille. La partie de ma famille qui venait d’Ecosse. Diable ! Ils ne souciaient pas de combattre les gens en dehors d’Ecosse. Les gens des hautes terres, et ceux des basses terres s’écharpaient les uns les autres. Il n’y avait donc pas de race Blanche. Mais dans les colonies qui deviendront par la suite les Etats-Unis, qu’avons-nous vu apparaître dans les années 1660 et 1670 ?

Nous avons commencé à regarder du côté des serfs africains, alors que nombre d’entre eux n’étaient pas encore des esclaves. Ils n’étaient pas nécessairement condamner à l’esclavage définitivement. Certains étaient asservis tout comme de nombreux européens pauvres, pour des périodes de 7 à 11 ans. Ils pouvaient s’affranchir et devenir des travailleurs libres, du moins en principe. Prenez conscience, comme l’ont fait les serfs blancs, des Européens, qui n’avaient pas encore été qualifiés de Blancs qu’ils avaient beaucoup de choses en commun (NdT: avec les Noirs) comme le fait de se faire tous entuber par les mêmes élites et donc qu’ils s’uniraient, plus que nos manuels d’Histoire nous l’ont appris, pour formenter une rebellion contre l’élite afin d’essayer d’obtenir de meilleures conditions pour eux-mêmes sur des critères de besoins et de justice économique.

Et que fait l’élite quand elle voit qu’elle est encerclée par un grand nombre de personnes noires et blanches qui sont sans le soup, sans terres et paysans ? Vous devez faire une de ces 2 choes : soit vous les tuez tous. Mais vous ne pouvez pas faire ça, car sinon qui fera le travail ? Les riches ne vont pas travailler. Ils doivent faire en sorte que ce soit les pauvres qui travaillent. L’idée c’était de rester une personne oisive dans ces temps là. C’était l’objectif et non celui de travailler.

Donc vous ne pouviez pas tous les tuer. Vous ne vouliez pas tous les tuer. Vous auriez du construire votre propre épargne, construire votre propre maison. Non… Cueillir votre propre tabac, récoltez votre propre coton. Non… Vous n’allez rien faire de tout ça. Donc vous ne pouvez pas les tuer, mais vous pouvez les coopter. C’est ainsi que l’élite en Virginie dans les colonies, par exemple, commença à donner des carottes aux personnes d’origine européenne en disant quelque chose comme :
« Vous savez, nous allons vous laissez un peu de terres. Pas trop, juste un petit peu, et nous allons arrêtez de vous asservir. Maintenant vous êtes un travailleur libre ! Et en même temps, puisque vous être un travailleur libre, vous aurez 50 acres de terre. Donc nous allons négocier avec vous. Nous allons vous laissez participer aux affaires. Nous allons vous laissez témoigner dans les tribunaux. Et le meilleur… Nous allons vous embrigader dans la surveillance des esclaves, pour les faire marcher droit. »
L’idée c’était : vous continuez à vous faire entuber. Nous continuons à ne pas vous aimer. Nous n’allons toujours pas réellement vous émancipez ou changez votre situation de dépendance, mais nous allons faire de vous des membres honoraires de cette équipe et vous allez nous aider à remettre ces personnes (NdT: les Noirs) à terre. Et comme ça ils auront un petit gout du pouvoir. Et effectivement diviser ces coalitions (NdT: entre Noirs et Blancs) a permis de mieux régner. Ces rébellions se sont éteintes quasi instantanément.

Bien plus tard à l’époque de la guerre civile (NdT: américaine). Les riches blancs du sud, d’où je viens, s’organisairent et reconnaissairent ouvertement que la raison pour laquelle ils voulaient faire sécession de l’Union la seule et unique raison pour laquelle ils prenaient parole publiquement, était de maintenir et d’étendre l’esclavage et la suprémacie Blanche. Pas seulement où ils existaient déjà, mais également dans les territoires nouvellement acquis, en réalité des territoires volés, depuis le Mexique jusqu’à l’ouest. C’est ce qu’ils ont dit ! Aujourd’hui on ment à propos de ça, on dit que ce n’était pas à propos de l’esclavage, que c’était une question des droits des Etats. Oui, précisément le droit des Etats de conserver leurs esclaves ! Mais à cette époque, ils n’en avaient pas honte. Ils n’ont donc pas essayé de s’en cacher. Ils le disaient ouvertement. Mais encore une fois, les riches ne voulaient pas faire le boulot, vous plaisantez ? Non… Ils allaient s’arranger pour que les pauvres se battent pour eux. Mais les pauvres ne possédaient même pas d’esclaves. Réfléchissez. Comment feriez-vous en sorte que des pauvres qui ne possèdent même pas leur tricot, alors ne parlons pas des esclaves, aille se battre pour que vous conserviez vos esclaves ? Vous devez les convaincre que leur couleur de peau est plus importante que leur intérêt économique.

Parceque, réfléchissez-y… Si je suis un fermier que vous devez payer 1$ par jour ou 2$ par semaine pour que je travaille dans votre ferme et que je cueillie ce tabac et récolte ce coton alors que vous pouvez obtenir d’un Noir qu’il le fasse gratuitement parce que vous le possédez. Qui aura le boulot ? Pas moi… En d’autres mots, l’esclavage permettait de diminuer les salaires et les salaires structurent les revenus de la classe ouvrière Blanche, ou d’une personne à faible revenu. Mais on leur disait : « Si ces personnes sont libres, ils vont prendre votre job ». Non idiot. Ils ont déjà ton job. C’est ça le truc. Ainsi dans une certaine mesure, la classe ouvrière Blanche est handicapé par le privilège Blanc. Mais relativement avantagé, correct ? Profiter d’un coup de pouce, se voir accorder l’adhésion au club, mais en terme absolu, être économiquement soumis par ce qui justement leur donne le sentiment de supériorité. Vous voyez l’ironie ?

A l’heure actuelle, ça n’a pas changé. Ce n’est pas de l’histoire ancienne. Aujourd’hui nous avons des personnes qui s’agitent dans tous les sens insistant pour que nous fermions les frontières avec le Mexique, parce que si nous le faisons pas les salaires de la classe ouvrière va continuer à baisser. Impliquant que la seule raison pour laquelle les travailleurs sont payés au lance-pierre dans ce pays c’est parce que les frontières sont ouvertes. Mais si vous croyez ça, vous devez alors croire que si les frontières étaient fermées alors ces propriétaires de capital et d’industrie diront juste : « Hé bien, vous nous avez démasqué, tenez une augmentation. »
Croyons-nous réellement que la seule chose qui retient les patrons de mieux payer les gens est la présence d’une main d’oeuvre bon marché peu qualifié originaire du sud de cette frontière artificielle ? Est-ce c’est ça vraiment que nous croyons ? Nous savons que si cette frontière est fermée, elle ne le sera pas pour le capital. Elle ne sera pas pour les biens. Si vous avez une frontière qui peut être franchie par le capital, recherchant le plus haut taux de retour sur investissement ou des biens à la recherche du prix le plus haut, alors que les travailleurs sont enchaînés à leur pays d’origine, comment ça peut-être bénéfique pour les travailleurs ? Par définition, ça ne l’est pas. Par définition, ça éventre la classe ouvrière.

Diviser pour mieux régner Mais le meilleur exemple de tout ça, c’est peut-être dans l’ère contemporaine dans la région de la Nouvelle-Orléans après l’ouragan Katrina. Là vous avez deux communautés qui ont été les plus durement touchées. Lower ninth ward, en majorité une communauté Noire, 94% d’Africains-américains, un taux de pauvreté de près de 40% officiellement, massivement une communauté de la classe ouvrière. Et juste de l’autre coté du canal, St. BernardParish, Chalmette, 95% Blanche, également de la classe ouvrière, des fort taux de pauvreté. Economiquement très similaire, et à la fin de la journée, et dans ces premiers jours de Septembre 2005 ils étaient encore plus semblables qu’ils l’avaient probablement compris. Parce qu’ils ont tous eu leur vies brisées, ils ont tous eu toutes leurs affaires foutues en l’air. Tous eu tous leurs bien détruits.

Mais si vous aviez demandé à Chalmette, et je l’ai fait ! Qui était la cause de leurs problèmes dans la région de la Nouvelle-Orléans avant cette innondation, ils vous auraient pointé du doigts les Noirs de l’autre coté du canal, et vous auraient dit : les Noirs. Ils n’auraient pas dit les Noirs mais auraient dit : Là-bas, c’est eux le problème. 70% des Blancs à Saint Bernard Parish votaient pour David Duke, un neo-Nazi suprémaciste Blanc, anciennement à la tête du plus grand groupe du Ku Klux Klan aux Etats-Unis, lorsqu’il se présentait au poste de Gouverneur en 1991. 7 personnes sur 10 votaient fièrement pour lui, parce qu’il accusait les Noirs pour tous leurs problèmes, et ils l’ont cru.

Où est l’ironie ? L’ironie c’est que ces Blancs qui blamaient les Noirs pour leurs problèmes, au moment même où ils blamaient les Noirs pour leur situation dans la région de la Nouvelle Orléans dans laquelle ils vivaient, personne n’a relevé le fait que ces élites politiciennes Blanches de Baton Rouge (NdT: Capital de la Louisiane) ou de Washington, avaient comme devoir de sécuriser leurs vies, de s’assurer que les fonds publics étaient dépensés de la bonne façon, et qu’ils étaient dépensés tout court. Ces policitiens majoritairement Blancs, et faisant majoritairement partie de l’élite, n’ont rien fait jusqu’au dernier moment, et ce n’était pas seulement des Noirs du lower ninth ward dont ils ne se souciaient pas. Ils n’auraient pas consacré la moindre minute de leur temps pour ces travailleurs Blancs pauvres non plus.

Et pourtant lorsque les gens de Chalmette, ceux de St. Bernard parish revinrent après les innondations; au premier conseil municipal de St. Bernard Parish après les innondations; alors que les lampes ne fonctionnaient même pas encore; que les canalisations d’eaux n’étaient pas branchées la première chose à régler fut de voter une ordonance disant que vous n’avez pas le droit de louer une propriété à St. Bernard Parish à quiconque n’étant pas de votre famille par le sang. Je vous laisse imaginer pourquoi une telle loi fut votée. Cette loi n’avait jamais existé auparavant. Mais maintenant que la zone avait été vidée, et que vous ne saviez pas qui pourraient revenir, c’était une sacrée bonne manière d’éviter de voir les Noirs arriver, n’est-ce pas ?

Parce que si vous êtes à 95% des Blancs, et que vous votez une ordonance qui dit que… vous ne pouvez pas dire « Aucun Noir ne sera accepté »; vous ne pouvez pas dire « Interdit aux Noirs ». Mais c’était une façon ingénieuse de contourner la loi. Bon, ils se sont fait avoir. Il y a eu une menace de poursuite en justice, et ils ont aboli l’ordonnance. Maintenant, mon idée est de vous montrer qu’encore une fois « diviser pour mieux régner » fonctionne.

Ces Blancs à Chalmette devraient marcher jusqu’à l’autre coté du canal et tendre la main aux Noirs pour entamer une longue marche avec eux sur Baton Rouge, sur Washington D.C. et marcher vers les technocrates et reconnaitre que leurs intérêts sont communs. Mais la Blanchitude, et la supercherie de la Blanchitude, a piégé ces sans-le-sous Blancs dans la croyance qu’ils ont plus en commun avec les riches blancs de St. Charles Avenue qui n’ont rien perdu dans cette innondation qu’ils n’ont en commun avec leurs voisins Noirs de la classe ouvrière.

Tim Wise

Mes signets du 04/03/2009 au 10/03/2009

Ma selection de liens du 04/03/2009 au 10/03/2009:

  • Multitudes Web – 3. L’ordre et le sexe. Discours de gauche, discours de droite – S’il y a une visée commune aux extrêmes droites et aux divers intégrismes religieux, c’est la soumission des femmes. Leur projet d’un monde en ordre, intègre et conforme à la Loi, repose sur la domination et la libre disposition des femmes. D’abord et avant toute autre chose, dans un monde qui serait ce qu’il doit être, elles sont destinées à assurer la reproduction selon les normes définies par les hommes, à servir l’ensemble du corps social et cela dans la dépendance, la limitation de leur mobilité et la contrainte. Le racisme départage clairement les options de la gauche et de la droite. Ce n’est pas le cas du sexisme. En fait, il n’est pas perçu. La définition du sexisme comme délit, acquise au niveau législatif, n’est rien moins qu’évidente dans le quotidien. Attirer l’attention sur lui fait grincer les dents, à gauche tout comme à droite. Prononcer même le mot c’est soulever la violence ou la dérision.
  • Sexe, race et pratique du pouvoir de Colette Guillaumin – On imagine trop souvent que les caractères « naturels » (le sexe, la race, par exemple) « tombent sous le sens », sont des évidences inquestionnables. Cet ouvrage associe la description d’une réalité matérielle quotidienne dans ses formes les plus banales (conversations de bistrot, scènes de rue, faits divers) et l’analyse précise des systèmes idéologiques.
  • FEMINISTES PARTOUT: Féministes Partout ! Appel à la marche du 7 mars – Si vous aussi vous êtes fatiguéEs par le paternalisme qui parle à notre place, ou par la violence qui cherche à nous faire taire, rejoignez-nous à la manifestation féministe du 7 mars 2009 !
     Pour un féminisme qui refuse de voir son discours récupéré à des fins racistes, qui sache se démultiplier, concevoir l’émancipation sous toutes ses formes, un féminisme offensif qui lutte pleinement contre le système patriarcal et toutes les oppressions, qu’elles soient de classe, sexiste, raciste ou liées à la sexualité, un féminisme qui se revendique aussi des féminismes non-blancs, trans’ et lesbiens.
  • Cairn – Qui a peur des Post Colonial Studies en France ? – Deux ouvrages récemment parus à la croisée des gender, cultural et post colonial studies, Les féministes et le garçon arabe de Nacira Guénif Souilamas et d’Eric Macé, et L’Atlantique Noir. Modernité et double conscience de Paul Gilroy, contribuent à renouveler la réflexion et le débat public franco-français sur l’immigration en pensant ensemble les identités de genre, de classe et de race dans le jeu de la conflictualité sociale contemporaine.

Manifestation : Sexisme partout, féministes partout !

Je relaie, une fois n’est pas coutume, un appel à une manifestation contre le sexisme à l’occasion de la journée mondiale de la femme. Les femmes sont toujours les dominées de cette société : elles subissent de multiples violences : économiques, raciales, sexuelles… Malgré les faits accablants le discours dominant veut faire croire que le sexisme n’existe que dans les quartiers et chez les musulmans. C’est pourquoi il est aujourd’hui plus important que jamais de se mobiliser en faveur d’une égalité réelle.

Manifestation samedi 7 mars 2009 à 16h, place de la République, Paris

Si vous aussi vous êtes fatiguéEs par le paternalisme qui parle à notre place, ou par la violence qui cherche à nous faire taire, rejoignez-nous à la manifestation féministe du 7 mars 2009 !

Tract pour la manifestation du 7 mars

Tract pour la manifestation du 7 mars

Parce qu’il existe pour la majorité des gens toujours deux classes distinctes, les femmes et les hommes, et qu’il vaut mieux appartenir à la seconde qu’à la première. Parce que nous revendiquons d’avoir le choix : de notre sexe, de notre genre, de notre sexualité. Parce que nous désirons que les femmes, et touTEs leurs alliéEs, puissent s’approprier leur corps et ses représentations, sans devoir se conformer aux injonctions de normes oppressantes, réductrices et stéréotypées, véhiculées dans tous les domaines.

Parce qu’il existe mille façons de faire rentrer dans le « droit chemin » les insurgéEs contre leur sexe, leur genre, leur destin obligatoire : de l’assignation forcée des intersexes par mutilations génitales, au viol de représailles contre les lesbiennes ; de la psychiatrisation des trans’, aux violences masculines les plus régulières – en France, tous les trois jours, une femme est assassinée par l’homme avec qui elle vit.

Parce que notre santé passe en dernier, parce que le droit des femmes à disposer de leur corps est sans cesse remis en question, comme le montre la récente remise en cause du financement public du Planning familial et de nombreuses autres associations d’éducation populaire, parce que le savoir gynécologique est accaparé par les médecins, la contraception pas toujours remboursée, le droit à l’IVG menacé sous l’influence de l’Église catholique. Parce que, partout, les institutions qui exercent un pouvoir au nom de la religion ou d’une autorité morale ou politique prétendent toujours contrôler nos corps.

Parce que nous sommes largement touchées par le VIH, discriminées dans les essais par les labos qui ne prennent pas en compte notre métabolisme spécifique, parce que nous n’avons pas le même accès à des traitements de qualité, parce que nous sommes négligées dans les campagnes de prévention publiques, parce que, précarisées, nous sommes particulièrement touchées par les attaques contre la Sécurité Sociale, et notamment par l’instauration des franchises, ou par la remise en cause de l’hôpital public.

Parce que nous sommes précaires et trop souvent à temps partiel sans l’avoir choisi, que nous sommes toujours moins payées que les hommes à travail égal et à qualifications égales, et que nous effectuons l’immense majorité du travail gratuit appelé « travail domestique ». Parce que nous sommes les premières à payer la crise et le démantèlement des services publics. Parce que, malgré les lois et les effets d’annonce, le domaine public et politique nous reste toujours largement fermé.

Parce qu’en tant que femmes racialisées, nous luttons dans tous les domaines contre cette double oppression raciste et sexiste. Parce que la logique du racisme s’attaque directement à notre droit à disposer librement de notre corps. Parce qu’elle opère par exclusion, comme la loi sur le port de signes religieux à l’école qui prétend nous « protéger » – en particulier les filles musulmanes – et en fait contribue à nous stigmatiser, à nous enfermer dans le statut de « victimes » et à nous marginaliser.

Parce que, sans papiers, nous souffrons tout à la fois de la précarité, de la politique raciste du gouvernement français, des remises en cause du droit au regroupement familial, de l’intensification des interpellations policières. Parce que ce climat répressif nous éloigne encore davantage de l’accès aux soins.
Parce qu’en tant que prostituéEs, nous sommes mépriséEs, harceléEs et criminaliséEs par la loi sur la sécurité intérieure (LSI) de 2003. Parce que le délit de racolage passif accroît notre précarité et notre clandestinité et que nous ne pouvons pas exercer notre activité dans des conditions décentes et qui nous protègent.

Pour un féminisme qui refuse de voir son discours récupéré à des fins racistes, qui sache se démultiplier, concevoir l’émancipation sous toutes ses formes, un féminisme offensif qui lutte pleinement contre le système patriarcal et toutes les oppressions, qu’elles soient de classe, sexiste, raciste ou liées à la sexualité, un féminisme qui se revendique aussi des féminismes non-blancs, trans’ et lesbiens.

À l’appel de :
Alternative Libertaire, Atelier de lectures féministes (cip-idf), CFPE (Collectif des Féministes Pour l’Égalité), Droits et prostitution, Étudions Gayment, Femmes Publiques, collectif Langues de putes, collectif Les mots sont importants, Mix-Cité Paris, Les Panthères roses, Pari-T, les Putes, le Torchon brûle toujours, les TumulTueuses

  • Repas de soutien : dimanche 1er mars à 19h30, à la Rôtisserie, 4 rue Ste-Marthe, 75010, métro Belleville, Goncourt ou Colonel Fabien.
  • Manifestation : samedi 7 mars à 16h, départ Place de la République.
  • Fête : samedi 7 mars au soir, à la CIP-IDF, 14 quai de Charente, 75019, Métro Corentin Cariou.
  • Lors de la fête à la CIP sera également projeté le film Un racisme à peine voilé, de Jérôme Host (2004) (plus d’infos sur le film : http://www.hprod.org)

Plus d’informations sur :