La figure clivée du colonisé entre différence et ressemblance

Colonisé sauvage

Colonisé régénéré (mimétisme)

Colonisé civilisé

«Il est en effet évident que le Malgache peut parfaitement supporter de ne pas être un Blanc. Un Malgache est un Malgache; ou plutôt non, un Malgache n’est pas un Malgache : il existe absolument sa « malgacherie ». S’il est Malgache, c’est parce que le Blanc arrive, et si, à un moment donné de son histoire, il a été amené à se poser la question de savoir s’il était un homme ou pas, c’est parce qu’on lui contestait cette réalité d’homme. Autrement dit, je commence à souffrir de ne pas être un Blanc dans la mesure où l’homme blanc m’impose une discrimination, fait de moi un colonisé, m’extorque toute valeur, toute originalité, me dit que je parasite le monde,  qu’il faut que je me mette le plus rapidement possible au pas du monde blanc, « que je suis une bête brute, que mon peuple et moi sommes comme un fumier ambulant hideusement prometteur de canne tendre et de coton soyeux, que je n’ai rien à faire au monde ». Alors j’essaierai tout simplement de me faire blanc, c’est-à-dire j’obligerai le Blanc à reconnaître mon humanité.»

Frantz Fanon, Du prétendu complexe de dépendance du colonisé – Peau Noire, masques blancs, 1952, p. 79

«Le Noir est à la fois le sauvage (le cannibale) et pourtant le plus obéissant et le plus célébré des serviteurs (le porteur de nourriture) ; il est l’incarnation de la sexualité ramante, le primitif, le simple d’esprit et pourtant le menteur  et le manipulateur des forces sociales le plus accompli du monde. À chaque fois, ce qui est dramatisé est une séparation – entre les races, les cultures et les histoires, au sein des histoires -, une séparation entre un avant et un après qui répète obsessivement le moment mythique de la disjonction. […] Le fantasme colonial […] propose une téléologie – dans certaines conditions de domination coloniale et de contrôle, l’indigène est progressivement réformable. De l’autre, toutefois, il affiche effectivement la «séparation», il la rend plus visible. C’est la visibilité de cette séparation qui, en déniant au colonisé toute capacité d’autogouvernement, d’indépendance, de modes occidentaux de civilité, donne son autorité à la version et à la mission officielles du pouvoir coloniale.»

Homi Bhabha, Les lieux de la culture, Payot, 2007, p. 144.

«Le mimétisme colonial est le désir d’un Autre réformé, reconnaissable, comme sujet d’une différence qui est presque le même, mais pas tout à fait. Ce qui revient à dire que le discours du mimétisme se construit autour d’une ambivalence ; pour être efficace, le mimétisme doit sans cesse produire son glissement, son excès, sa différence. »

Ibid, p. 148

Messieurs et encore messieurs, et toujours messieurs les députés

Cet article fait partie du dossier sur la burqa. Il documente l’affirmation selon laquelle l’avant-garde du combat contre la burqa est constituée d’une petite élite  de députés sexistes et souchistes sous leurs airs bonhomme de patriarche.

Il suffit ainsi pour confirmer notre intuition de jeter un coup d’oeil à la liste des députés ayant présenté, le 9 juin 2009, la proposition de résolution N°1725, tendant à la création d’une commission d’enquête sur la pratique du port de la burqa ou du niqab sur le territoire national1.

En la comparant à la mission d’évaluation de la politique de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes2, nous sommes surpris de ne la voir composée que par 30 députés pour près de 58 pour celle concernant le voile intégral. Un phénomène touchant rappelons-le moins de 400 femmes en France pour 1,3 million de femmes qui « vivent chaque jour dans la violence de leur conjoint. ». Et nous n’y retrouvons que 4 députés membres des deux groupes. Dans la mission d’évaluation sur les violences faites aux femmes nous y retrouvons 19 femmes, soit près des 2/3. Dans celle concernant le voile intégral seulement 9 femmes… Pour une revendication prétendument féministe, le voile intégral mobilise peu les femmes. Et pour des mâles députés se revendiquant pour l’égalité hommes-femmes, je les trouve bien peu soucieux du sort concret des femmes… Cette mission a débouché sur 65 propositions afin de combattre les violences vécues par les femmes au sein du foyer, dans l’espace publique  mais également au travail. Ce qu’elle peut nous apprendre sur le voile intégral c’est que ce sont les femmes désocialisées, c’est-à-dire isolées ou exclues de la sphère publique, qui sont le plus touchées. Or la loi prohibant le voile intégral a pour but d’exclure de la sphère publique ces femmes, les fragilisant encore davantage.

Nous avons donc d’un côté une commission d’enquête contre le voile intégral, dirigée par 2 hommes, composée par un très grand nombre de députés, mais avec une très faible minorité de femmes, dont le but n’est certainement pas d’améliorer la condition de la femme; et de l’autre une mission d’évaluation composée d’un faible nombre de députés au regard de la tâche à accomplir, dirigée par une femme et proposant une série de mesures concrètes luttant pour l’égalité hommes-femmes. Le plus grave c’est que son rapport rendu  le 7 juillet 2009, n’a eu que très peu d’échos et a certainement subit l’ombre du débat sur le voile intégral3. Nous n’avons entendu aucune des féministes institutionnelles s’exprimer sur le sujet, ou au mieux leur parole n’a pas été relayée par les médias.

Des députés patriarches…

Ainsi ces prétendus défenseurs de la femme que sont les députés UMP Jacques Myard, Pierre Lellouche, Lionel Luca et Thierry Mariani ont tous voté contre la réforme de l’IVG et de la contraception du 5/12/2000 et contre le PACS.  «Si je me bats au quotidien pour le droit des femmes en Afghanistan, vous comprendrez bien que je souhaiterais que toutes les femmes en France aient droit à leur corps et à leur personne», c’est ce qu’affirme par ailleurs Pierre Lellouche, le député UMP, un des 58 co-signataires de la proposition de résolution et ancien représentant spécial de la France pour l’Afghanistan et le Pakistan 4 puisqu’il y a désormais été remplacé par Thierry Mariani5. Au regard de ses prises de positions politiques, ce pour quoi au quotidien il se bat relève plutôt de la justification de l’occupation française de ce pays. Nous pouvons légitimement penser que la démarche de Thierry Mariani relève de la même logique ;

Jacques Myard, Pierre Lellouche, Lionel Luca ont également signé la pétition homophobe de Michel Pinton des maires contre le CUS (PaCS). Lors d’un débat sur le PaCS, tandis que la Garde des Sceaux assurait que les couples homosexuels n’adopteront pas, Pierre Lellouche s’est écrié : « Alors, stérilisez-les ! »6 .

Jacques Myard avait affirmé dans sa proposition de loi que les femmes portant un voile intégral se trouvaient « dans l’impossibilité d’établir le moindre contact humain en dehors de sa famille. » Il aurait du s’en réjouir puisque ce prétendu défenseur de l’émancipation de la femme préside le groupe parlementaire à fort relent patriarcal : « Oser la famille ».

Représentants de circonscriptions rurales, Dominique Souchet et Véronique Besse du MPF, parti ostensiblement défenseur de la souchitude et du patriarcat7, se sont également associés à la démarche pour « faire de la prévention »8.

Ce sont ceux qui combattaient le droit à l’avortement, le droit à l’union civile quelque soit l’orientation sexuelle, qui se prétendent aujourd’hui les héraults des valeurs de la République face aux femmes musulmanes portant un voile intégral. Les femmes sont tellement au centre de leurs préoccupations qu’ils se sont évertués à combattre les lois défendant leur dignité. Pourquoi alors penser que cette proposition de loi qu’ils s’apprêtent à présenter ne serait pas le prolongement d’un tel combat sexiste ?

Des députés souchistes…

D’ailleurs parmi ces députés qui en préambule de la proposition prétendent reconnaître la diversité, nous trouvons également des fervents défenseurs de la souchitude et de la France coloniale. Ainsi les députés Jacques Myard, Pierre Lellouche, Lionel Luca et Thierry Mariani ont voté le 22 janvier 2002 contre la proposition de loi relative à la reconnaissance du 19 mars comme Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats du  Maroc et de Tunisie. Jacques Myard avait justifié son vote de défense de l’ère coloniale en expliquant que selon lui la proposition de loi « est une manœuvre politicienne ayant pour objectif de tenter de recréer le mythe du peuple de gauche, prétendument progressiste et juste. »9. L’ironie c’est qu’il essaye désormais de faire croire au mythe du peuple « De Souche », prétendument progressiste et juste envers les femmes depuis sa genèse éludant la réalité historique du patriarcat en France et les luttes féministes contre cette France là. C’est donc sur ces députés là que nous nous attarderons donc quelque temps par ordre croissant de degré de souchisme ostensible…

Je vous épargne le suspens en vous annonçant que le rapporteur de la commission, André Gérin, et Jacques Myard, le précurseur de la lutte contre la burqa sont également ses plus éminents représentants.

Lionel Luca, le nettoyeur ethnique

Lionel Luca (UMP, Alpes-Maritimes), défendait ainsi un référendum sur la peine de mort proposé par Charles Pasqua 10 peu de temps après le « 11 septembre » pour lutter contre le terrorisme sous un climat délétère de suspicion de tout musulman d’être un terroriste potentiel.

Il avait également intimer aux siffleurs du match France/Tunisie de «faire leur valise pour réintégrer le pays de leurs origines»11 probablement afin de bien leur faire comprendre, avec une certaine morgue coloniale, qu’ils ne sont pas tout à fait des citoyens comme les autres. D’ailleurs il avait estimé que sans «la colonisation, ni Léon Bertrand ni Azouz Begag ne seraient ministres de la République française». Lionel Luca avait déjà remarqué que «ceux qui aux Antilles font toute sorte d’amalgames avec l’esclavage ne crachent pas sur le RMI des anciens colonisateurs !».

Nous retrouvons également sa trace sur le site du parti d’extrême-droite MNR, dans des initiatives communes avec Bruno Mégret, ou encore dans toutes les propositions de loi visant à réduire l’accession à la nationalité française.12

Thierry Mariani, le pourfendeur des immigré-e-s et de leurs enfants

Comme l’affirme la revue Pro-Choix 13 « Plus anti-immigrés qu’autre chose, ses multiples assauts contre le PaCS ont visé principalement l’ouverture du contrat aux étrangers. » Mariani craint par dessus tout la régularisation des sans-papiers : « on en est à se demander si vous n’attendez pas, pour réagir, que les intéressés puissent conclure un ‘PACS blanc’ afin d’obtenir leur régularisation »14; « et je ne parle pas des conséquences du PaCS sur l’immigration. » ; « le PaCS sera en réalité la voiture-balai des régularisations de sans-papiers, et cela nous ne pouvons l’accepter ». Il a proposé une loi visant à supprimer toute possibilité d’acquérir la nationalité française aux étrangers coupables de crime ou de trafic de stupéfiants renforçant ainsi une justice donc à double vitesse qui condamne doublement les enfants d’immigrés. Des personnes socialisés en France qui ne pourront jamais devenir des citoyens. « Lors du premier tour de l’élection présidentielle 2002, il a recommandé à ses élus de soutenir Nicolas Miguet, ancien proche de Jean-Marie Le Pen, dans sa quête des 500 signatures ». Et plus récemment c’est lui l’auteur du fameux amendement ADN incluant des tests ADN pour les candidats au regroupement familial15.

Jacques Myard, la fierté de la France réac

Jacques Myard  n’est pas un  novice dans la matière. Comme il s’en orgueillit lui-même il avait déjà proposé l’interdiction du voile intégral dans une proposition de loi prétendant viser « à lutter contre les atteintes à la dignité de la femme résultant de certaines pratiques religieuses » présentée à l’Assemblée Nationale le 23 septembre 2008.

Dans l’introduction le ton est donné puisque que la loi discriminatoire d’interdiction du voile islamique à l’école aurait permis « l’apaisement dans les écoles minées depuis des années par des polémiques prosélytes et idéologiques. » Mais de quelles polémiques prosélytes et idéologiques parle-t-il ? Nous aurions espéré qu’il s’agisse des multiples réformes visant à dépecer l’école publique…

Mais cette loi ne se limitait pas à une interdiction. Elle prévoyait une peine d’emprisonnement de 2 mois ferme et 15 000 euros d’amende pour toute personne n’ayant pas le « le visage découvert » ainsi que « l’incitation à violer ledit principe ». Sans compter qu’elle incluait une discrimination envers les étrangers qui se verraient en plus punir d’une expulsion du territoire natonal. Il suffit donc de soutenir les militants au visage masqué de « Génération Précaire »16 pour écoper de 2 mois d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. Si en plus vous êtes étranger, c’est l’expulsion ! Et puis ceux qui défendront le droit pour les femmes de se couvrir ou non le visage selon leur souhait se verront également punir par la loi… Et le pire dans toute l’histoire, c’est que ce sont les femmes subissant le port du voile intégral qui se verraient sanctionné doublement ! Inciter à ne plus sortir de chez elles, à la moindre incartade, en plus de la répression patriarcal domestique elles devront affronter la répression policière d’Etat (raciste)17.

A propos des grèves en Guadeloupe, il avait mis les pieds dans le plat des stéréotypes racistes concernant les noirs en affirmant: « Il faut être ferme, parce que je crois qu’il y a un petit coté aussi où en Guadeloupe, les grèves durent parce que ça permet de participer à un coté mani-festif »18.

Ce prétendu défenseur de la dignité humaine s’est également positionné contre l’application des droits de l’Homme pour les sans-papiers : « Notre justice se trompe lourdement lorsqu’elle fait prévaloir l’existence des droits fondamentaux de l’homme – dont le mariage – que personne ne peut nier, sur le devoir non moins fondamental d’être en situation régulière sur le territoire français pour exercer ces mêmes droits. »

Jacques Myard a expliqué l’arrivée de Jean-Marie Le Pen au second tour des présidentielles de 2002 non pas par une montée de la xénophobie, mais en premier lieu par une sanction des « 68ards attardés »19.. Sa volonté de chatouiller les relents xénophobes ne fait pas de secret puisque comme le FN, Jacques Myard signale et publie les nationalités des personnes dont il a, comme maire, accepté ou refusé le certificat d’hébergement. Il s’est également distingué pour avoir défendu un durcissement d’acquisition de la nationalité française « afin de lutter contre le terrorisme »20.  Dans un interview au journal d’extrême droite Minute, il avait expliqué que l’immigration est la cause des tensions en banlieue : « Il faut répéter sans cesse que nous ne sommes pas à la fin de l’immigration mais que nous en sommes au tout début ! Sauf à être aveugle, inconscient, et à ne pas regarder la réalité du monde tel qu’elle est, il faut reprendre cette législation [Ndlr: sur les certificats d’accueil des étrangers] car il en va des tensions internes que nous allons connaître dans nos banlieues. » Il a également défendu un durcissement des conditions de séjour des étrangers au motif que « nous sommes en train de laisser venir sur notre territoire des populations qui importent leurs propres valeurs, qui ne sont pas toujours les nôtres, et surtout qui importent leurs conflits »21.  Sa position suprématiste « De Souche » ne fait là aucun doute.

Le problème de la France avait-il affirmé était que les hommes politiques français «n’ont eu de cesse de dénigrer leur pays ». Nous comprenons donc que lorsqu’il dénigrent les femmes musulmanes, il ne pense pas dénigrer des citoyennes de son pays, puisqu’au fond ce ne sont pas des françaises « De Souche » n’est-ce pas ? Pour couronner le tout il avait affirmé que la reconnaissance des droits des minorités conduisait notamment au « mouvement terroriste corse » ainsi qu’au PACS, l’union des homosexuels et la charte des langues régionales !22

André Gérin, le barbare de la République

Si nous nous en tenons à la définition de Claude-Lévi Strauss sur le barbare (le barbare, c’est d’abord celui qui croit à la barbarie), alors André Gérin est probablement le barbare de la République. Pour André Gerin qui dirige la mission d’information une « crise de civilisation » guette la France, charriant « guerre civile » et « barbarie »23. Mais de quelle barbarie s’agit-il ? Entre qui se déroule cette guerre civile ? Qui menace la civilisation ?

Dans son livre Les Ghettos de la République, il donne des réponses à ces questions en reprennant à son compte le discours raciste de Chirac sur « le bruit et l’odeur »  : « Prenons le débat sur l’immigration. Droite et gauche ont agi de la même façon depuis trente ans en noyant le poisson ou en évitant de dire la réalité. On a refusé de reconnaître que des différences importantes existaient dans les modes de vie, les cultures et les traditions entre le monde musulman et la culture judéo-chrétienne. Tout le monde s’est tu. Après avoir évoqué dans un discours de 1991 les fameuses « odeurs », Jacques Chirac a dû pratiquement se renier et s’excuser d’avoir usé d’un tel terme. Cela lui a valu une campagne de dénigrement incroyable. Pourtant il n’avait dit que la vérité. Mais nous étions incapables de l’entendre. Moi-même j’ai dû dire à l’époque « il parle comme le Front national » »24.

Sa défense du souchisme se fait encore plus explicite lorsqu’il affirme son patriotisme en expliquant que « l’identité de la France est fondamentale et elle a besoin d’un combat républicain gauche/droite ». Mais nous craignons que ce combat républicain ne soit, au regard des propos cités plus haut, qu’un combat en faveur d’une République souchiste. Son nationalisme est manifeste lorsqu’il affirme que « Nous sommes fiers d’être Français » en se basant sur l’idée d’une « égalité entre l’homme et la femme » acquise et non à porter comme projet d’une société encore à venir délégitimant les luttes féministes dans la « culture judéo-chrétienne » puisque déjà égalitaire, au profit d’un féminisme racialisé exclusif au « monde musulman » intrinsèquement patriarcal.

Pour lui en tout cas tout ça se déroule sous fond de « diatribe anti-occident, d’un racisme anti-blanc, anti-France. »25. Ses propos dénoncent toute forme de contestation des problèmes que causent le nationalisme français,  le racisme et l’impérialisme Occidentaliste. Lutter contre le nationalisme et vous êtes anti-France. Lutter contre le racisme et vous êtes anti-blanc. Lutter contre l’impérialisme Occidentaliste et vous êtes anti-occident. Cette proposition de loi synthétisant les débats publics autour des musulmans en France enseigne à l’ensemble des citoyens, sous couvert de laïcité et de féminisme, la défense du nationalisme, du racisme et de l’impérialisme.

Lire la conclusion de l’article.

  1. http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion1725.asp []
  2. http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i1799-t1.asp []
  3. RAPPORT D’INFORMATION, N° 1799, FAIT AU NOM DE LA MISSION D’ÉVALUATION DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES []
  4. http://www.liberation.fr/societe/0101574845-burqa-a-chacun-de-se-positionner-sur-la-laicite []
  5. http://www.liberation.fr/politiques/0101580400-thierry-mariani-succede-a-lellouche []
  6. http://www.prochoix.org/pages.action/legislatives/lellouche.html []
  7. http://www.pourlafrance.fr/charte-du-mpf.html []
  8. http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-07-02/port-de-la-burqa-l-assemblee-nationale-installe-une-mission-d-information/920/0/357500 []
  9. http://www.prochoix.org/pages.action/legislatives/myard.html []
  10. Communiqué de presse, 13 mars 2002 []
  11. http://www.liberation.fr/politiques/0101148643-du-bruit-et-une-odeur-de-demagogie []
  12. http://racismeordinaire.over-blog.com/article-1387524.html []
  13. http://www.prochoix.org/pages.action/legislatives/mariani.html []
  14. Assemblée nationale. 13 oct 1998, 1ère séance – Question sur les étrangers en situation irrégulière. []
  15. http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/La-loi-Hortefeux-est-passee-101637/ []
  16. http://www.generation-precaire.org/spip.php?article186 []
  17. http://www.rfi.fr/actufr/articles/064/article_35579.asp []
  18. http://lmsi.net/spip.php?article868 []
  19. « Le 1er tour des présidentielles est indubitablement une surprise, mais il n’est en rien l’effet du hasard. En premier lieu, il est une sanction sans appel des soixante-huitard attardés qui depuis 5 ans gèrent la France avec le succès que l’on connaît » []
  20. Question au gouvernement publiée au JO le : 22/10/2001 []
  21. Minute, 12 décembre 2001 []
  22. 2000-08-28 France Quo Vadis ? []
  23. 20 minutes, 2 juillet []
  24. La Riposte (12/07/2009), La croisade de Gerin contre la burqa : une aubaine pour la droite []
  25. Extrait de la proposition de résolution tendant à la création d’une commission d’enquête sur la pratique du port de la burqa ou du niqab sur le territoire national et d’une lettre qu’il a adressé au premier ministre []

L’idée que la République française se fait de la dignité de la femme

Sarkozy, le Républicain à Versailles

Sarkozy, le Républicain à Versailles

Nicolas Sarkozy, le président de la République, l’homme qui a exploité son couple et donc sa femme à des fins électorales, a expliqué devant le Congrès lundi que le voile intégral n’est pas «l’idée que la République française se fait de la dignité de la femme». Ce genre de propos donneur de leçon laissant sous-entendre que la République contiendrait en elle-même l’idée d’égalité hommes femmes nécessite un petit rappel historique !

Contrairement à ce qui est souvent prétendu la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 ne fait absolument pas mention des femmes. Si les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits, rien en ce qui concerne les femmes…

Cet oubli vient fort à propos, puisque dans cette République les femmes ne sont sorties de la minorité dans le couple qu’en 1965 en et n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1944 ! Et ce n’est qu’en 1983 que les discriminations sexistes sont interditesUne République dans laquelle 50% de la population, les femmes, ne représentent que 18,5% des sièges à l’Assemblée Nationale. Mais revenons-en à la genèse de la République, et voyons comment elle consacre l’homme blanc bourgeois comme seul citoyen, et le citoyen comme le seul homme blanc bourgeois…

Olympe de Gouges guillotinée

Olympe de Gouges guillotinée

Olympe de Gouges guillotinée par la République le 3 novembre 1793.

Elle fut l’auteur de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, elle a laissé de nombreux écrits en faveur des droits civils et politiques des femmes et de l’abolition de l’esclavage des Noirs. Le procureur de la Commune de Paris, Pierre-Gaspard Chaumette, applaudissant à l’exécution de plusieurs femmes et fustigeant leur mémoire, évoque cette « femme-homme, l’impudente Olympe de Gouges qui la première institua des sociétés de femmes, abandonna les soins de son ménage, voulut politiquer et commit des crimes […] Tous ces êtres immoraux ont été anéantis sous le fer vengeur des lois. Et vous voudriez les imiter ? Non ! Vous sentirez que vous ne serez vraiment intéressantes et dignes d’estime que lorsque vous serez ce que la nature a voulu que vous fussiez. Nous voulons que les femmes soient respectées c’est pourquoi nous les forcerons à se respecter elles-mêmes. »

La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962
La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962

La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962 (Christelle Taraud)

« L’orientalisme impose […] une image de féminité oisive, passive et offerte qui n’est pas anecdotique. Elle traduit l’idée qu’en Orient il serait encore possible de retrouver le paradis perdu, c’est-à-dire un rapport entre les hommes et les femmes qui soit “naturel” et “simple”, conforme à la traditionnelle domination masculine. »

« Entre l’imaginaire érotique des Orientalistes et la réalité prostitutionnelle des journaux de reportage, s’intercale une gamme infinie de représentations : cartes postales de “Mauresques”, films coloniaux, qui propose presque toujours une lecture essentialiste du rapport homme-femme, en conformité avec la domination masculine. »

Portrait d'une algérienne dévoilée de force 1960 © Marc Garanger

Portrait d'une algérienne dévoilée de force 1960 © Marc Garanger

De la cérémonie du dévoilement à Alger (1958) à Ni Putes Ni Soumises : l’instrumentalisation coloniale et néo-coloniale de la cause des femmes.

« Ainsi, le corps des musulmanes, écartelé au nom des nobles principes de la République, s’est peu à peu défiguré, perverti en banal objet médiatique, figure repoussoir d’une idéologie franco-centrée décidément incapable de penser l’altérité et de penser sa responsabilité dans ce qui fait l’autre et son identité contrariée. »

« Les Ni Putes Ni Soumises ? un ersatz de féminisme, stigmatisant et excluant et les « putes » et les « soumises » (entendez : les voilées), valorisant ce faisant une « féminité » conforme aux normes dominantes, et confortant les politiques de discrimination « républicaines » à l’endroit de ces deux catégories hérétiques de femmes. »


Djamila Bouhired

Djamila Bouhired

Djamila Bouhired, militante de la cause nationale algérienne, torturée par les forces coloniales d’occupation françaises

« Elle a été frappée à coup de balle, qui lui est sortie par le sein; les tortionnaires ont appliqué la gégène sur la plaie, et précisément sur tout ce qu’elle pouvait avoir de désirable en tant que femme ; ils l’ont au préalable déshabillée : ils lui ont brûlé les aréoles des seins, et brûlé à l’électricité les lèvres du sexe, et comme elle n’a pas parlé ils se sont acharnés à l’humilier par la souffrance et les attouchements ignobles, comme si dès lors qu’elle était soupçonnée ou pouvait être utile au renseignement elle perdait sa dignité d’humaine pour être considérée comme un objet d’amusement sexuel et de souffrance. »

90 000 viols par an en France, que fait l'Etat ?

90 000 viols par an en France, que fait la République ?

Selon Amnesty International, 50 000 à 90 000 femmes ont été violées en France. En France, le « devoir conjugal » a été aboli en 1990 et le viol entre conjoints est condamnable depuis 1990.  Avant 1990, non seulement la femme ne pouvait pas poursuivre le violeur s’il s’agit de son mari, mais en plus si elle ne se laissait pas faire elle pouvait être condamnée en justice pour manquement au «devoir conjugal » !

Dans 74 % des cas de viol, la victime connaît ou connaissait son agresseur. Le violeur n’est très majoritairement ni étranger, ni célibataire (vivant seul), ni asocial, ni impulsif. Dans la plupart des cas, il est parfaitement intégré à la société, marié (ou vivant maritalement) avec des enfants.
Vous retrouverez plus d’information sur les chiffres des viols en France.

links for 2008-06-13

Mes signets du 28/07/2007

Mes signets du jour :

blogmarks.net