Zone Verte – Green Zone – métaphore de la cité coloniale

La zone verte de Baghdad est tout à la fois un havre de paix dans un monde de chaos, une enclave inaccessible, une vision du futur Irak vu par la mission civilisatrice des USA. Cette expression zone verte se retrouve également dans des projets d’urbanisme tel que dans la ville de Berlin où il désigne une zone spéciale dans la ville où la qualité de vie environnementale y est garanti. C’est la matrice même de la ville coloniale en réalité qui crée simultanément des havres de paix irréels nécessitant la relégation de tous les problèmes en dehors et en miroir la création d’enclaves de chaos, de zones rouges, tel le ghetto de Gaza.

  • video REPORTERS. Bagdad : Au coeur de la zone verte – zone verte … – Récit vidéo de journalistes en Zone Verte en Irak. Les producteurs de propagande par la production, sélection de l’information forgeant les représentations et donnant le matériel adéquat à l’idéologie racontent leurs difficultés et la Zone Verte.
  • Le contrôle de la « zone verte » de Bagdad donné aux Irakiens | France 24 – Dans cet article de propagande sur le transfert de contrôle de la zone verte aux irakiens voulant faire croire à une souveraineté Irakienne, en réalité fantoche, la vidéo d’illustration est celle des bombardements israeliens sur le ghetto de Gaza. Le message est clair : la zone verte perdure dont la contrepartie est l’existence des zones rouge sang tel l’emblématique ghetto de Gaza…
  • La bulle coloniale de la Zone Verte en Irak – Lors des conversations à table, un protocole non explicite était observé. Il était toujours adéquat de rendre hommage à «la mission», c’est-à-dire la campagne de l’administration Bush pour transformer l’Irak en une démocratie pacifique, moderne et séculière, qui conviendrait à chacun, quelle que soit l’ethnie ou la confession à laquelle il appartient. Les tirades sur la façon dont Saddam avait ruiné le pays et les descriptions sur comment on allait le ressusciter étaient aussi les bienvenues.
  • Baghdad Green Zone – The Green Zone — also called « The Bubble » – is the hub of the vision for the New Iraq. It is almost self-sufficient, and staff working there can be treated in the compound’s hospital or run safely in its grounds. When they leave, it is by armored car with an armed military escort.
  • Umweltzone, la zone verte de Berlin – À partir du premier janvier 2008, l’accès des voitures au centre de Berlin sera réglementé. L’objectif est de réduire la pollution dans le centre de la ville.

Achille Mbembé sur la colonialité suintante de la France

Sélection d’articles d’Achille Mbembé sur la colonialité du pouvoir en République (impériale) française et de ses conséquences sur elle-même et sur les autres :

  • Décoloniser les structures psychiques du pouvoir – Mouvements – Achille Mbembe est l’une des figures les plus originales et les reconnues de la pensée postcoloniale contemporaine. Auteur du livre retentissant De la Postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine (première édition 2001), son œuvre explore les imaginaires postcoloniaux à partir d’une réflexion qui mêle philosophie et psychanalyse, faisant dialoguer Frantz Fanon, Michel Foucault, Labou Tansi ou Georgio Agamben. Dans cet entretien, Achille Mbembe revient sur les articulations centrales de sa pensée et propose une analyse fine et complexe de la France coloniale, de son racisme « exotique » comme des mouvements qui s’y opposent, dans la continuation de ses interventions publiques lors des émeutes de novembre 2005.
  • Figures du Multiple: La France peut-elle réinventer son identité ? – La crise dans les banlieues de France a pour origine la manière dont la France a historiquement voulu esquiver la question raciale tout en multipliant, à tous les niveaux de la vie quotidienne, des pratiques de « racialisation ». Elle révèle au grand jour l’impasse à laquelle a conduit le refus, par ce pays, de s’auto-décoloniser. Si la France tient encore à exercer un minimum d’attraction dans l’imagination contemporaine, il faudra, très vite, qu’elle en vienne au fait qu’urgence.
  • La République et sa bête – La France est un vieux pays fier de ses traditions et de son histoire. Sans son apport sur le plan de la philosophie, de la culture, de l’art et de l’esthétique, notre monde serait sans doute plus pauvre en esprit et en humanité. Voilà le côté limpide, presque cristallin de son identité.
  • La France et l’Afrique : décoloniser sans s’auto-décoloniser – Aujourd’hui, la tentation chez beaucoup, en France, est de ré-écrire l’histoire de la colonisation en faisant une histoire de la “ pacification ”, de la “ mise en valeur de territoires vacants et sans maîtres ”, de la “ diffusion de l’enseignement ”, de “ fondation d’une médecine moderne ”, de la “ création d’institutions administratives et juridiques ”, de la mise en place d’infrastructures routières et ferroviaires. L’on retrouve, dans cet argument, tous les ingrédients du vieux paradigme de la colonisation comme entreprise humanitaire et de modernisation de vieilles sociétés primitives et agonisantes qui, laissées à elles-mêmes, auraient fini par se suicider.
  • l’Afrique de Nicolas Sarkozy, par Achille Mbembe – Lors de sa récente visite de travail en Afrique sub-saharienne, le président de la République française, Nicolas Sarkozy, a prononcé à Dakar un discours adressé à “ l’élite de la jeunesse africaine ”. Ce discours a profondément choqué une grande partie de ceux à qui il était destiné, ainsi que les milieux professionnels et l’intelligentsia africaine francophone. Viendrait-il à être traduit en anglais qu’il ne manquerait pas de causer des controverses bien plus soutenues compte tenu des traditions de nationalisme, de panafricanisme et d’afrocentrisme plus ancrées chez les Africains anglophones que chez les francophones. Achille Mbembe en fait, ici, une critique argumentée.