Il existe un degré au delà duquel le ghetto ne peut plus se refroidir… — Stokely Carmichael

CARMICHAEL SPEAKS TO STUDENTS

La voilà l’allumette qui continuera d’allumer la dynamite du ghetto : la sottise des responsables, l’anachronisme des institutions, l’incapacité de regarder les choses en face et surtout la crainte d’innover.

Les administrations auront beau mettre sur pied des dispositifs de fortune pour éviter les émeutes, elles ne feront que gagner du temps. L’Amérique blanche peut bien continuer à dépenser des millions de dollars pour essayer de transplanter, pour l’été, les adolescents noirs hors des rues dans lesquelles ils traînent et ‘de les mettre dans de jolies fermes vertes. Elle peut bien continuer à fournir des piscines préfabriquées et à construire en toute hâte des terrains de jeux ! Il existe un degré au-delà duquel le ghetto ne peut plus se refroidir. Il est grotesque de croire que ces mesures temporaires réussiront à contenir pour longtemps la colère d’un peuple opprimé.

Et le jour où la dynamite sautera, les pieux discours et les appels à la patience ne seront plus de mise. Inutile d’accuser « des agitateurs extérieurs », « l’influence communiste » ou les partisans du « Black Power ». Cette dynamite, c’est le racisme blanc qui l’a placée là et ce sont l’indifférence, la répugnance des racistes à se montrer justes qui l’ont mise à feu.

Stokely Carmichael aka Kwame Ture, Le « Black Power » aux USA pour une politique de libération

On ne se cache pas derrière les mots…


Dans ce débat-conférence sur Radio France Culture le 4 juin 2009, Houria Bouteldja, invitée en tant que porte-parole du Mouvement des Indigènes de la République, s’est exprimée sur de nombreux sujets concernant les indigènes.

(Cliquez sur les flèches pour écouter les extraits)

Ce débat sur le « Nous et les Autres » a permis d’aborder le sujet de la communauté politique. C’est à dire sous quelles conditions Nous (les Blancs) et les Autres (les Indigènes) peuvent former un Nous politique selon l’optique décoloniale du MIR.

Par ailleurs, et vu que les mots sont importants, Houria Bouteldja a abordé la question du mot « diversité ». Pourquoi ce mot a-t-il tant de succès ? Que cache-t-il ? Quels sont les intérêts politiques qu’il sert ? Houria fait indubitablement partie de cette diversité. Mais comment le savons nous ? D’où nous viens ce savoir permettant d’identifier immédiatement un membre de la diversité ? Vous verrez que la diversité révèle la culture « scientifique » de la race qui imprègne la société française pour mieux tenter de la dissimuler et de sauver la colonialité nichée au sein de la République. Mais « on ne peut pas se cacher derrière les mots »…

C’est en opposition au terme de diversité, dont une critique doit émerger dans l’espace publique, que nous devons lui opposer le terme Indigène qui recouvre la même réalité mais avec une optique opposée, celle de révéler la confrontation raciale de la société et de la combattre au lieu de la dissimuler.

Finalement, un autre mot « intégration » est à remplacer par celui de « libération ». Intégrés, nous le sommes déjà, les militants de l’immigration n’ont eu de cesse de le rappeler. Et comme projet alternatif à celui de l’intégration, forme euphémisée d’assimilation, nous proposons celui de libération. Libération des indigènes, mais qui conduit à la libération des blancs eux-même du poids colonial. En effet les indigènes n’existent que parce qu’il y a des blancs, et de la même façon les blancs n’existent que parce qu’il y a des indigènes.

Ensuite, la séance de questions/réponses a permis d’explorer d’autres mots. Youssef Boussoumah a rappeler dans le cas de la Guerre d’Algérie, l’importance de la mémoire collective des victimes et pourquoi il ne fallait pas laisser la prétendue vérité historique scientifique avoir le dernier mot… Bien sûr son exemple est extensible à d’autres situations, il est universalisable. Il a abordé aussi le problème très actuel de l’anti-capitalisme, et pourquoi il fallait y inclure le rapport Nord/Sud pour le remettre sur ses pieds…

Houria Bouteldja nous a donné également une belle leçon de féminisme ! Salutaire rappel en ces temps où le féminisme est exploité à des fins paternalistes voires même racistes à l’égard des femmes identifiées comme musulmanes, notamment par des féministes historiques comme Elisabeth Badinter, mais également par NPNS et les féministes islamophobes où qui pensent que l’Islam est la source du problème…

Puis une femme blanche qui écrit l’Histoire se présentant comme telle, a exprimé son mal-aise dégoulinant. Bien mal lui en a pris, le voilà accusée de simplification abusive et d’opposer les méchants hommes/blancs aux gentils femmes/indigènes. Ce qui a quand même permis à Houria Bouteldja de lui expliquer ce qu’est le féminisme, et en quoi dénoncer le privilège Blanc est nécessaire et relève bien de la complexité de ce monde.

Contexte :
« Hors les Murs », Collège International de Philosophie sur France Culture.
Emission « Nous et les Autres ».
par Joël Roman, directeur de la collection Pluriel chez Hachette Littérature.

Mes signets du 19/03/2009 au 25/03/2009

Ma selection de liens du 19/03/2009 au 25/03/2009:

  • Géographie du sexisme – Les mots sont importants (lmsi.net) – La réponse est simple : le sexisme sévit « là-bas », en banlieue, pas « ici », dans la République française. Et pour que ce soit plus clair encore, la présidente de NPNS a déclaré que Shérazade était le « symbole aujourd’hui des violences faites aux femmes ».
  • Machisme sans frontière (de classes), par Mona Chollet (Le Monde diplomatique) – Ce ne sont pas des inconnus que les femmes doivent craindre. Très souvent, elles sont battues, violées ou tuées par leur compagnon. S’il vient d’un milieu aisé, le criminel est traité avec bienveillance par les médias. S’il est issu d’une couche défavorisée, et plus encore d’une famille immigrée, la stigmatisation est de rigueur. Pourtant, la violence touche les femmes des beaux quartiers tout autant que celles des banlieues. Refuser d’en examiner les causes contribue à perpétuer le phénomène.
  • La culture du pauvre en Inde – La vie des idées – Loin de Bollywood, le film Slumdog Millionnaire nous plonge en plein cœur de la planète bidonville sans verser pour autant dans le misérabilisme. Igor Martinache nous en propose une lecture sociologique.

Mes signets du 04/03/2009 au 10/03/2009

Ma selection de liens du 04/03/2009 au 10/03/2009:

  • Multitudes Web – 3. L’ordre et le sexe. Discours de gauche, discours de droite – S’il y a une visée commune aux extrêmes droites et aux divers intégrismes religieux, c’est la soumission des femmes. Leur projet d’un monde en ordre, intègre et conforme à la Loi, repose sur la domination et la libre disposition des femmes. D’abord et avant toute autre chose, dans un monde qui serait ce qu’il doit être, elles sont destinées à assurer la reproduction selon les normes définies par les hommes, à servir l’ensemble du corps social et cela dans la dépendance, la limitation de leur mobilité et la contrainte. Le racisme départage clairement les options de la gauche et de la droite. Ce n’est pas le cas du sexisme. En fait, il n’est pas perçu. La définition du sexisme comme délit, acquise au niveau législatif, n’est rien moins qu’évidente dans le quotidien. Attirer l’attention sur lui fait grincer les dents, à gauche tout comme à droite. Prononcer même le mot c’est soulever la violence ou la dérision.
  • Sexe, race et pratique du pouvoir de Colette Guillaumin – On imagine trop souvent que les caractères « naturels » (le sexe, la race, par exemple) « tombent sous le sens », sont des évidences inquestionnables. Cet ouvrage associe la description d’une réalité matérielle quotidienne dans ses formes les plus banales (conversations de bistrot, scènes de rue, faits divers) et l’analyse précise des systèmes idéologiques.
  • FEMINISTES PARTOUT: Féministes Partout ! Appel à la marche du 7 mars – Si vous aussi vous êtes fatiguéEs par le paternalisme qui parle à notre place, ou par la violence qui cherche à nous faire taire, rejoignez-nous à la manifestation féministe du 7 mars 2009 !
     Pour un féminisme qui refuse de voir son discours récupéré à des fins racistes, qui sache se démultiplier, concevoir l’émancipation sous toutes ses formes, un féminisme offensif qui lutte pleinement contre le système patriarcal et toutes les oppressions, qu’elles soient de classe, sexiste, raciste ou liées à la sexualité, un féminisme qui se revendique aussi des féminismes non-blancs, trans’ et lesbiens.
  • Cairn – Qui a peur des Post Colonial Studies en France ? – Deux ouvrages récemment parus à la croisée des gender, cultural et post colonial studies, Les féministes et le garçon arabe de Nacira Guénif Souilamas et d’Eric Macé, et L’Atlantique Noir. Modernité et double conscience de Paul Gilroy, contribuent à renouveler la réflexion et le débat public franco-français sur l’immigration en pensant ensemble les identités de genre, de classe et de race dans le jeu de la conflictualité sociale contemporaine.

Mes signets du 16/02/2009

Ma selection de liens du 16/02/2009 :

  • Multitudes Web – 5. « Les Subalternes peuvent-illes parler ? » et autres questions transcendantales. – L’auteur repend la question soulevée au début des années 1990 par Gayatri Spivak dans un article célèbre et difficile : « Les Subalternes peuvent-illes parler ? », qui a alimenté d’interminables discussions dans le champ des études postcoloniales. Il entend montrer que la question est trompeuse, qu’il s’agit moins de savoir dans l’absolu si les subalternes peuvent parler – ils le font de toute évidence -, que de savoir s’ils parviennent à le faire et à se faire entendre lorsque cela importe vraiment, dans un contexte politique déterminé.
  • "Performe ton genre : Performe ta race !", Repenser l’articulation entre sexisme et racisme à l’ère de la postcolonie – Sophia – Le corps, le corps sexué, n’est pas le fondement inébranlable, le socle naturel des hiérarchies et divisions sociales. Le corps sexué n’est pas la cause – ou même l’occasion – d’un rapport de pouvoir, mais plutôt l’effet d’un rapport de pouvoir, au sens où il est façonné, discipliné par ce rapport, qui renvoie à un système de domination articulé à l’hétérosexualité reproductive.
  • Réseau scientifique TERRA – « Toutes les femmes sont blanches, tous les Noirs sont hommes, mais nous sommes quelques unes à être courageuses ». Dénoncer la double exclusion des femmes noires d’un féminisme blanc et bourgeois et d’un nationalisme noir sexiste. Ces féministes noires ont dénoncé une oppression simultanée de race, de classe, de sexe et du modèle de sexualité.
  • Multitudes Web – 05. Savoirs_Vampires@War – Les subalternes peuvent-ils parler ? Quel savoir peuvent produire des anormaux, des indigènes ou des handicapés ? Ce texte offre une cartographie schématique des déplacements des savoirs dominants vers une multiplicité de savoirs locaux ou minoritaires (critiques postcoloniales, postféministes, queer, trans).