Don’t Panik, entre Rap et Islam, le 26 mai 2011 à l’IMA

Don't Panik, l'affiche
Diffusion du documentaire Don’t Panik (52 minutes), entre Rap et Islam, de Keira Maameri le 26 mai 2011 à 18H30 à l’IMA, suivi d’un débat avec Farid Al-Asri, historien et spécialiste des religions

Don’t Panik, saisit la parole de rappeurs musulmans et répond ainsi aux questionnements de Keira Maameri. Le rapprochement entre leur vie d’artiste et spirituelle s’affiche ici dans ses nuances et s’évite ainsi des raccourcis quand on sait que le rap est très répandu et réunis beaucoup de musulmans tant chez les rappeurs que dans le public. Ici, le sujet s’illustre aux travers de 6 rappeurs : A.D.L. (Suède), Doug E Tee (Sénégal), Hasan Salaam (Etats-Unis), Manza (Belgique), Médine (France) et Youss (Algérie). Leur expérience est personnelle mais apporte dans une dimension internationale, un témoignage fort d’explications. Le contexte identitaire est posé, la foi en l’Islam exprimée et l’exposition artistique assumée. Le sujet s’ouvre avec un sérieux amusé sur eux, individu, rappeur, croyant et personne publique pour percevoir les combinaisons entre Rap et Islam ; l’influence de l’un sur l’autre.

A : Quelles réflexions t’ont conduite à vouloir réaliser Don’t Panik ?
K : Je pense que ce n’est pas tant une réflexion que mon expérience de vie. Je suis juste fatiguée qu’on malmène les miens. J’en suis d’autant plus touchée qu’il y a peu de personnes qui prennent la parole alors que, en toute honnêteté, n’importe qui avec un minimum de réflexion se rendrait compte de la cabale menée contre l’islam aujourd’hui. C’est pareil pour le hip-hop. Qui, aujourd’hui, donne réellement du crédit à cette culture ? A partir du moment où on ne nous considère pas à notre juste valeur, c’est à nous-mêmes de prendre les « armes ». N’ayez pas peur, ce n’est qu’un documentaire ! Je pense souvent à un poème allemand de Martin Niemöller, qui commence comme cela : « Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste… » et se termine par « Puis ils sont venus me chercher, et il ne restait personne pour protester »… A bon entendeur !

Informations pratiques :

Mamans Toutes Egales : Sorties scolaires : NON à l’exclusion des mères qui portent un foulard

Aujourd’hui, plusieurs mamans musulmanes qui portent un foulard sont interdites de sorties scolaires au faux prétexte de laïcité. A Montreuil, par exemple, à l’école Paul Lafargue, plusieurs mamans sont stigmatisées et leurs enfants humiliés ! L’Inspection de l’Education Nationale et l’école se renvoient la balle. Mettons-les devant leurs responsabilités !

Malgré un avis de la HALDE, rappelant que l’interdiction du foulard ne s’applique pas aux parents d’élèves, le ministre Luc Chatel veut instaurer par décret cette nouvelle discrimination pour exclure ces mères des sorties scolaires et des activités à caractère éducatif. Les parents et les enseignants sont censés éduquer ensemble les élèves. Alors qu’on reproche aux parents d’être « démissionnaires » de l’éducation de leurs enfants, quand les mères qui portent un foulard veulent s’y impliquer, elles en sont exclues. Retirer ce droit aux mères musulmanes est indigne : les enfants en sont les principales victimes !

Nous refusons ce détournement islamophobe de la laïcité, qui s’inscrit dans une série d’attaques islamophobes : loi anti-foulard, loi anti-niqab, «débat sur l’identité nationale», stigmatisation des «prières de rue», des minarets et des menus «halal», «débat sur l’Islam» rebaptisé «débat sur la laïcité».

L’école publique ne doit pas choisir son public. Elle doit être un lieu de rencontre et non d’exclusion. Elle doit promouvoir le droit à la différence et non le mépris de l’autre. Nous tenons au principe de laïcité, aux libertés individuelles, à l’égalité de traitement. Défendons le droit pour une femme portant un foulard de s’impliquer dans la scolarité de ses enfants comme tout parent. Exigeons l’arrêt de ces exclusions illégales. Mobilisons-nous contre les discriminations racistes dont sont victimes les mères musulmanes !

Lundi 2 mai 16h00 Place le Morillon, Montreuil – 93100

Marche vers l’école élémentaire Paul Lafargue – 5, rue Paul Lafargue
17h30 Rassemblement devant l’Inspection de l’Education Nationale – 4 rue Daniel Renoult
Métro (9) Mairie de Montreuil OU RER (A,E) Val de Fontenay, puis bus 122 (arrêt Morillon)

Collectif mamans toutes égales, constitué à l’appel de mères d’élèves musulmanes, d’individu.e.s et de militant.e.s des organisations et associations suivantes : CCIF, Collectif une Ecole Pour Tou.te.s, Collectif Féministe Pour l’Egalité, EFIGIES, HM2F, Les Indivisibles, LMSI, NPA, PIR, UJFP

Collectif Mamans toutes Égales

contact : collectif.mte@gmail.com

Collectif Antiraciste de Montreuil, Les Amis de l’École Publique de Montreuil (les AEP)

L’identité blanche et sa critique, Maxime Cervulle

Maxime Cervulle donnera une présentation sur «L’identité blanche et sa critique, les Critical White Studies en débat» dans le cadre de la première journée d’études «Cultures et Inégalités». Ce sera le mardi 3 novembre 2009 à 10h à la Maison de la recherche de Paris III, 4 rue des Irlandais, Paris 5ème. Métro place Monge (ligne 7).

Maxime Cervulle est un enseignant-chercheur français, chantre des cultural studies, c’est-à-dire l’étude critique du sens des productions culturelles. Il est également l’auteur de l’article Visage blanc sur fond blanc paru dans la RiLi qui avait fait le tour de la toile postcoloniale française par le biais du Sieur Bougnolosophe et du site des Indigènes de la République.

Interview de Maxime Cervulle sur les Cultural Studies