Frantz Omar Fanon et le racisme colonial


fanon-doc-rara1

La racisme est une production de l’ère coloniale or nous avons tous appris sur les bancs de l’école Républicaine que le colonialisme a pris fin avec les indépendances nationales. De la même manière son corollaire la race nous apparaît comme absurde depuis que nous avons appris qu’il n’y a qu’une race : la race humaine. Et pourtant le racisme perdure. Pourquoi ? Et surtout, pourquoi mobiliser Frantz Fanon ici et maintenant pour y répondre ?

Continue reading

Recherchés par le FBI

406445_10150554325367673_542253375_n
Recherchés par le FBI. Rap H. Brown (Jamil Abdullah Al-Amin), leader du SNCC, ministre de la justice du Black Panther Party. Angela Davis, membre de la section Che-Lumumba du Parti Communiste Américain et Elridge Cleaver, ministre du Black Panther Party et réfugié politique à Alger. Foi, Beauté, Intégrité. Récompense : Amour, Paix et Bonheur.

En 1970, Nelson Philipps, un officier de police contrôleur de probation de San Francisco a été suspendu 5 jours pour avoir refusé de retirer cette affiche de son bureau.

Extrait de Jet, 22 octobre 1970

Interview de H. Rap Brown paru dans le Nouvel Obs du 11/09/1967

hrapbrown1
Interview de Herbert Rap Brown, leader du SNCC et ministre de la Justice du Black Panthers Party, (connu après sa conversion à l’islam comme Imam Jamil Abdullah Al-Amin) par Oriana Fallaci, journaliste et essayiste raciste notoire et paru dans le Nouvel Observateur le 11 septembre 1967.
Continue reading

Le tiers-monde libérateur du joug sioniste…

Herman Kofi Bailey

Herman Kofi Bailey

Herman Kofi Bailey pour le SNCC sous la présidence de Stokely Carmichael ou Rap H. Brown (Jamil al-Amin)

Le tournant antisioniste de SNCC (Student National Coordination Comitee) crééra une crise interne dont l’organisation ne sortira pas. Les Noirs et Juifs libéraux étant soient sionistes soient attachés au soutien sioniste notamment au financement de SNCC. Notamment James Forman qui fera en sorte de se débarrasser de Stokely Carmichael et de Rap H. Brown et de tous ceux qui les suivaient.

Attention à éviter le contresens antisémite. Il ne s’agit pas de dénoncer ici le judaisme mais le sionisme en tant qu’idéologie politique dont les Noirs Américains cherchaient aussi à se débarrasser parce que les Juifs sionistes contrôlaient les institutions noires.

Il existe un degré au delà duquel le ghetto ne peut plus se refroidir… — Stokely Carmichael

CARMICHAEL SPEAKS TO STUDENTS

La voilà l’allumette qui continuera d’allumer la dynamite du ghetto : la sottise des responsables, l’anachronisme des institutions, l’incapacité de regarder les choses en face et surtout la crainte d’innover.

Les administrations auront beau mettre sur pied des dispositifs de fortune pour éviter les émeutes, elles ne feront que gagner du temps. L’Amérique blanche peut bien continuer à dépenser des millions de dollars pour essayer de transplanter, pour l’été, les adolescents noirs hors des rues dans lesquelles ils traînent et ‘de les mettre dans de jolies fermes vertes. Elle peut bien continuer à fournir des piscines préfabriquées et à construire en toute hâte des terrains de jeux ! Il existe un degré au-delà duquel le ghetto ne peut plus se refroidir. Il est grotesque de croire que ces mesures temporaires réussiront à contenir pour longtemps la colère d’un peuple opprimé.

Et le jour où la dynamite sautera, les pieux discours et les appels à la patience ne seront plus de mise. Inutile d’accuser « des agitateurs extérieurs », « l’influence communiste » ou les partisans du « Black Power ». Cette dynamite, c’est le racisme blanc qui l’a placée là et ce sont l’indifférence, la répugnance des racistes à se montrer justes qui l’ont mise à feu.

Stokely Carmichael aka Kwame Ture, Le « Black Power » aux USA pour une politique de libération

Cahier de coloriage du Black Panther Party et du FBI

Extraits d’un cahier de coloriage crée par un membre du Black Panther Party (du FBI pour les discréditer selon d’autres) et que le BPP a refusé. Il n’en reste pas moins que c’est du beau travail.

L'homme Noir en Afrique avait des guerriers forts et de belles villes.

L’homme Noir en Afrique avait des guerriers forts et de belles villes.

"L'homme Blanc voulait les richesses de l'homme noir. Ils vinrent avec des fusils et la force et ils les prirent.

L’homme Blanc voulait les richesses de l’homme noir. Ils vinrent avec des fusils et la force et ils les prirent.