Le tiers-monde libérateur du joug sioniste…

Herman Kofi Bailey

Herman Kofi Bailey

Herman Kofi Bailey pour le SNCC sous la présidence de Stokely Carmichael ou Rap H. Brown (Jamil al-Amin)

Le tournant antisioniste de SNCC (Student National Coordination Comitee) crééra une crise interne dont l’organisation ne sortira pas. Les Noirs et Juifs libéraux étant soient sionistes soient attachés au soutien sioniste notamment au financement de SNCC. Notamment James Forman qui fera en sorte de se débarrasser de Stokely Carmichael et de Rap H. Brown et de tous ceux qui les suivaient.

Attention à éviter le contresens antisémite. Il ne s’agit pas de dénoncer ici le judaisme mais le sionisme en tant qu’idéologie politique dont les Noirs Américains cherchaient aussi à se débarrasser parce que les Juifs sionistes contrôlaient les institutions noires.

Il existe un degré au delà duquel le ghetto ne peut plus se refroidir… — Stokely Carmichael

CARMICHAEL SPEAKS TO STUDENTS

La voilà l’allumette qui continuera d’allumer la dynamite du ghetto : la sottise des responsables, l’anachronisme des institutions, l’incapacité de regarder les choses en face et surtout la crainte d’innover.

Les administrations auront beau mettre sur pied des dispositifs de fortune pour éviter les émeutes, elles ne feront que gagner du temps. L’Amérique blanche peut bien continuer à dépenser des millions de dollars pour essayer de transplanter, pour l’été, les adolescents noirs hors des rues dans lesquelles ils traînent et ‘de les mettre dans de jolies fermes vertes. Elle peut bien continuer à fournir des piscines préfabriquées et à construire en toute hâte des terrains de jeux ! Il existe un degré au-delà duquel le ghetto ne peut plus se refroidir. Il est grotesque de croire que ces mesures temporaires réussiront à contenir pour longtemps la colère d’un peuple opprimé.

Et le jour où la dynamite sautera, les pieux discours et les appels à la patience ne seront plus de mise. Inutile d’accuser « des agitateurs extérieurs », « l’influence communiste » ou les partisans du « Black Power ». Cette dynamite, c’est le racisme blanc qui l’a placée là et ce sont l’indifférence, la répugnance des racistes à se montrer justes qui l’ont mise à feu.

Stokely Carmichael aka Kwame Ture, Le « Black Power » aux USA pour une politique de libération

Cahier de coloriage du Black Panther Party et du FBI

Extraits d’un cahier de coloriage crée par un membre du Black Panther Party (du FBI pour les discréditer selon d’autres) et que le BPP a refusé. Il n’en reste pas moins que c’est du beau travail.

L'homme Noir en Afrique avait des guerriers forts et de belles villes.

L’homme Noir en Afrique avait des guerriers forts et de belles villes.

"L'homme Blanc voulait les richesses de l'homme noir. Ils vinrent avec des fusils et la force et ils les prirent.

L’homme Blanc voulait les richesses de l’homme noir. Ils vinrent avec des fusils et la force et ils les prirent.

Se définir soi-même et refuser les stéréotypes


Quand nous aurons entrepris de nous définir, tous les stéréotypes – c’est-à-dire les mensonges – qu’on nous a appliqués n’auront plus cours que dans la communauté blanche. La communauté noire, elle se fera une image positive d’elle-même. Elle se verra telle qu’elle s’est créée. Désormais, nous ne pouvons plus nous qualifier de paresseux, d’apathiques, de muets, de mous, de futiles, etc. Ce sont les Américains blancs qui se sont servis de ces mots-là pour nous définir. Si nous les acceptons, comme certains d’entre nous l’ont fait par le passé, nous n’aurons de nous-mêmes qu’une image négative, celle précisément que l’Amérique blanche veut que nous ayons. Notre énergie sera brisée, et notre volonté de combattre paralysée.

Stokely Carmichael & Charles Hamilton. Pouvoir Noir, pour une politique de libération !

Tupac Shakur, l’artiste Africain-Américain le plus marquant de notre époque

tupac

J’aurais pu citer Imamu Amiri Baraka (Le Roi Jones) ou Gil Scott-Heron que j’étudie le plus en ce moment, mais à c’est Tupac Shakur que j’ai très vite pensé. Déjà du fait de son nom, Tupac comme le leader Inca-hispanique qui va formenter une insurrection contre le joug colonial. Shakur comme sa tante Assata Shakur, membre du Black Panthers Party, qui s’est échappé de prison pour trouver l’asile politique à Cuba en 1979.

Continue la lecture

Universalisme de la culture

negrodigest-fanon

La culture spasmée et rigide de l’occupant, libérée, s’ouvre enfin à la culture du peuple devenu réellement frère. Les deux cultures peuvent alors s’affronter, s’enrichir. En conclusion, l’universalité réside dans cette décision de prise en charge du relativisme réciproque de cultures différentes une fois exclu irréversiblement le statut colonial.

Frantz Fanon, Racisme et Culture, 1956

Qu’est-ce qu’un Porc ?

porc

Qu’est-ce qu’un porc ? Un animal de basse extraction qui n’a aucun respect pour la loi, la justice ou les droits du peuple; une créature qui mords la main qui le nourris; un idiot, un dépravé, que l’on trouve généralement à faire croire qu’il est victime d’une attaque qu’il n’a pas mérité.

Emory Douglas, Black Panther Party

Double conscience de W.E.B Du Bois

holly-bass-jaamil-olawale-kosoko-double-consciousness
« Le Noir est une sorte de septième fils né avec un voile et doué d’une double vue dans ce monde américain –un monde qui ne lui concède aucune vraie conscience de soi, mais qui, au contraire,ne le laisse s’appréhender qu’à travers la révélation de l’autre monde. C’est une sensation bizarre cette double conscience, ce sentiment de constamment se regarder par les yeux d’un autre, de mesurer son âme à l’aune d’un monde qui vous considère comme un spectacle avec un amusement teinté de pitié méprisante. »