Révolutions arabes, peut-on encore y croire ?

Mounir Chafik

Les révolutions arabes tanguent au point où l’on vient à se demander si elles ont vraiment un jour eu lieu. D’un côté, une vague contre-révolutionnaire semble les submerger. En Egypte, le putsch militaire de la junte et la chape de plomb qui s’en est suivie; en Syrie le renforcement militaire et géopolitique apporté au régime de Bachar al-Assad par ses alliés et l’étrange silence états-unien; en Tunisie, l’impunité de l’ancien régime toujours en fonction sans même parler du Yémen ou du Bahreïn… De l’autre, un vent de scepticisme se lève, mêlant pêle-mêle une analyse anti-impérialiste, islamiste ou humaniste décriant les nouveaux pouvoirs comme collabos de l’impérialisme, ayant renoncé à l’application intégrale de la charia ou encore insuffisamment respectueux des droits de l’Homme. Il nous apparaît crucial de réinjecter une dose d’espoir en revenant sur les apports indéniables des révolutions arabes au travers de l’analyse de l’intellectuel palestinien Mounir Chafik.

Mounir Chafik est un intellectuel palestinien né en 1936 à Al Qods (Jérusalem). Issu d’une famille chrétienne, il fut d’abord révolutionnaire de gauche, puis nationaliste arabe. Il se convertit à l’islam, et devient partisan de la cause islamique. Auteur de très nombreux ouvrages, dont deux traduits en français, il est coordinateur du Congrès National Islamique et considéré comme un des principaux théoriciens du Jihad Islamique en Palestine. La libération de la Palestine et l’unité du monde arabe et musulman sont ainsi le fil conducteur de sa pensée.

Ce texte est une adaptation libre d’un discours donné par Mounir Chafik à des participants au Congrès de Tunis des Jeunes Arabes pour la Libération à la Dignité organisé par le Palestinian Youth Movement (PYM) le 28 décembre 2012. Il est constitué de notes prises par Nadia Tarhouni, vice-présidente de l’association Uni*T, prolongées par des commentaires et exemples libres de Bader Lejmi, trésorier d’Uni’T, basés sur des implications logiques du texte initial. Plus qu’une retranscription, ce délicat exercice est une reconstruction d’un texte sur la base de notes mais aussi d’échanges prolongés et de lectures du même auteur recontextualisé grâce à des événements réels récents mimant ainsi la méthode initiée par Mounir Chafik lui-même. Ainsi nous avons tenté de prolonger sa pensée sans la trahir.

Partie 1 : Révolutions arabes, peut-on encore y croire ?

La première partie propose une analyse de l’origine et des apports des révolutions Arabes. Analyse que la seconde partie mettra à l’épreuve de la cause palestinienne.

Partie 2 : La Palestine, une bonne raison de croire aux révolutions arabes

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *