Gérard Depardieu, ou le 1er rôle dans « La Victime Imaginaire »

Ce dimanche 16 décembre, Gérard Depardieu s’est fendu d’une lettre ouverte à Jean-Marc Ayrault, 1er ministre de la République Française lui reprochant de l’avoir traiter de minable pour s’être évadé fiscalement en Belgique. Mieux que ça, il dit rendre son passeport et sa sécurité sociale. Et de là, la polémique est née ! Si le comédien Depardieu nous avait habitué à d’épiques épopées, le citoyen se vautre lui dans une affligeante polémique. Ce que j’y trouve de plus affligeant, c’est la soudaine compassion publique à son égard. Une compassion qui n’en est que plus insupportable en regard du traitement de la moindre parole interprétée comme « anti-française » d’un citoyen Français non-blanc.

Certains me rétorqueront que je vois le racisme partout et que le débat sur le patriotisme de Depardieu n’est qu’en rapport avec son refus de payer ses impôts. S’il avait été Noir, Arabe ou Musulman il en aurait été de même. Et bien c’est cette affirmation dont je doute, et dont la lettre de Depardieu lui-même me fait dire qu’elle passe à côté de ce qui est central dans cette histoire.

Que nous dit Gérard Depardieu dans sa lettre ? Il nous dit d’abord qu’il est un bon patriote parce qu’il a toujours travaillé depuis l’âge de 14 ans, toujours payé ses taxes et ses impôts. Est-ce que ça impliquerait qu’un travailleur qui n’a jamais fraudé le FISC soit un bon patriote ? Si oui, dans ce cas qu’attendons-nous pour abolir la discrimination au droit de vote aux élections locales frappant les résidents non-européens ? Qu’attendons-nous encore pour régulariser tous les travailleurs sans-papiers ?

Ensuite Depardieu serait un bon patriote pour ses rôles dans des fims historiques. Je passe sur le fait que ces films dépeignent l’image d’une France fantasmée, où personnellement je trouve que la grandiloquence du verbe des rôles qu’il incarne a tendance à se substituer aux qualités humaines. Citoyen Depardieu, participer en tant que comédien au mythes de l’identité nationale ne vaut pas patriotisme, ça ne vaut même rien comparé à la simple balle que mon grand-père a pris dans la jambe pendant la seconde mondiale au service de la France. Je n’ai pour ma part pas souvenir de rôles que vous avez pu joué qui pourraient constituer des prises de position courageuses en défense de vos concitoyens humiliés…

Au contraire vos propos sont indignes lorsque vous poussez l’absurde jusqu’à assimiler la conduite en état d’ivresse ou la consommation d’héroïne au fait d’avoir du cholestérol, de l’hypertension ou du diabète bref à des maux de pauvres. Non, monsieur Depardieu vanter le fait de mettre la vie en danger d’autres au nom de l’amour de votre propre vie ce n’est en rien une tare de pauvre mais montre le peu de cas que vous faîtes de la vie humaine. Vous dites aussi que le Premier Ministre en vous imposant à 85% veut sanctionner la différence. Un peu comme si faire partie des plus fortunés entrepreneurs de France serait équivalent à faire partie d’une minorité ethno-raciale opprimée.

Depardieu dit également qu’il n’a pas souvenir que d’autres se soient fait autant insultés que lui. Si vous partagez son avis, permettez-moi de vous raffrachir la mémoire en citant le cas de l’équipe de France de football et celle de handball. Les mêmes qui ont été portés aux nues, ont été descendues en flamme, leur francité remise en question, leurs comportements irrespectués interprétés comme la resurgence de leur couleur, origine ethnique ou de leur religion. Les derniers en date Nasri et Karabatic sont passés de héros national à voyou de banlieue et mafieux d’origine arménienne dans la bouche de journalistes ou commentateurs sportifs. Je ne me rappelle pas que personne, dans le contexte de cette polémique, n’ait jamais publiquement évoquez le passé de petit délinquant castelroussin de Depardieu afin de le disqualifier. Moi-même j’en ignorais tout jusqu’à ce que je consulte sa fiche biographique sur Wikipedia.

Pour finir je ne comprends pas, dans ce pays, la compassion à l’égard de la cupidité de ceux qui se mettent à compter fiévreusement pour que rendre tout ce que le peuple Français leur a donné ne leur coûte pas trop cher. Sans partager l’insolence du sociologue Said Bouamama et le chanteur Saïdou du groupe ZEP poursuivis pour incitation à la haine raciale pour leur album-livre à but politique, « Nique la France, devoir d’insolence« , je m’étonne que l’honneur de ces derniers soient bafoué pour le seul crime d’une insolence citoyenne dont l’intention n’est pas le gain financier personnel mais le bien commun. C’est cette compassion, cette indulgence, à géométrie variable que je trouve moi misérable.

Bader Lejmi

3 comments on “Gérard Depardieu, ou le 1er rôle dans « La Victime Imaginaire »

  1. Adrien Dorleac dit :

    Je partage votre point de vue sur beaucoup de points, notamment celui qui concerne les films historiques. Avoir été « Cyrano de Bergerac » ne vaut pas certificat de patriotisme en tant quel.
    En revanche, votre premier paragraphe et un peu plus faible dans son argumentation et ne me conviainc pas. Citoyenneté et attachement au pays dans lequel on réside sont deux choses distinctes.
    Bien à vous !
    Adrien

  2. It is therefore necessary that the kids have a part in the process of selecting bedding and its accouterments. And always bear in mind that the bedroom is an expression of your child’s personality and interest.

  3. Ahhhhh voilà je me disais bien. J’ai été au Québec il y à 3 ans, en Février.Un séjour magique !!! Québec, St-Donat, Montréal…Bon maintenant je peux te le dire, j’aime beaucoup ton blog Maman3.0 !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *