El-Hajj Malik el-Shabazz et la famille traditionnelle

L'Homme Blanc Moderne (Jason Langer - Elevator (1998))

Malcolm X, sa femme et ses 2 filles

El-Hajj Malik al-Shabazz (Malcolm X), sa femme Betty et ses 2 filles

La récupération par Malcolm X de la famille hierarchique et genrée normativement arrive précisément à un moment où le mythe de la famille nucléaire Blanche est contesté par la contre-culture des années 60 et particulièrement par la contre-culture Blanche. Il voit la récupération de cette unité familiale conventionnelle comme essentielle pour la survie et l’avancement des Noirs dans les ghettos des Etats-Unis. La récupération de la famille comme modèle pour les projets du nationalisme Noir a été vivement critiqué par les féministes Africaines-Américaines et les théoricien-ne-s queer. La légitimité de cette critique mise à part, la récupération par les muslims Noirs1 de la famille nucléaire a eu l’effet radical d’inverser la logique du mimétisme colonial. La construction de cette unité familiale au sein de la Nation of Islam, et la propagation par Malcolm X de cette unité familiale dans toute la communauté Noire par ses prêches, coincide avec une anxiété croissante chez les Blancs Américains à propos de l’érosion de cette famille perçue comme élément fondateur de la nation Blanche. En effet, le succès de Nation of Islam dans la propagation de cette idée de la famille produit cette anxiété. Soudain, les familles de muslims Noirs apparaissent comme participant de cette ordre familial genré et structuré avec un plus grand succès que toutes les autres familles, Noires ou Blanches. Les muslims Noirs vivaient le mythe de la famille Américaine nucléaire, « plus encore ».  Cette unité rationalisée et disciplinée de la reproduction économique et idéologique n’est dorénavant plus essentiellement Blanche.

traduit de Maria Josefina Saldana-Portillo, Consuming Malcolm X: Prophecy and Performative Masculinity, Duke University Press, A Forum on Fiction, Vol. 30, No. 3 (Spring, 1997), pp. 289-308,

  1. Black Muslims a été traduit en muslims Noirs suivant les commentaires suivant de Malcolm X lui-même : Here in America the word « Muslim » is westernized or anglicized and pronounced « Moslem. » Muslim and Moslem are actually the same word. The true believers in Allah call themselves Muslims, but the nonbelieving infidels refer to Muslims as Moslems or Muhammadans. L’appellation musulmans semblant être la traduction la plus proche du terme moslems, il ne m’est pas apparu judicieux de la conserver. []

3 comments on “El-Hajj Malik el-Shabazz et la famille traditionnelle

  1. zhengiszen dit :

    Salam,

    Pour aller un peu plus loin je suis tombé sur ceci il y a pas longtemps :
    http://feedproxy.google.com/~r/TheSpearhead/~3/kRm-AR_P078/

    Bon travail pour le site et bon courage

    @++

  2. Bader Lejmi dit :

    a3leyk essalam, hmm après lecture de l’article je ne suis pas sûr d’adhérer à ce qui est expliqué dans cet article d’inspiration très libertarienne. Il ne me semble pas que dans le cas de Malik el-Shabazz le modèle familial et la souveraineté signifiait le fait de rejeter en bloc toute forme d’aide sociale. Si Nation of Islam tirait son profit d’entreprises, Malik el-Shabazz n’a jamais cherché à en faire un salaire mirobolant… Loin de l’idéologie protestante du capitalisme, il était engagé avant tout dans la solidarité fraternelle des peuples colonisés et mis en esclavage…

  3. […] ce qui implique en premier lieu la réussite du modèle conventionnel américain de la famille. La famille de Malcolm X en sera le prototype. Si Malcolm X n’évoque pas cette question, nous ne pouvons passer à côté de cet élément […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *