Le Noir, une créature ratée

Casey, la créature ratée (paroles)

«Et ce pays cria pendant des siècles que nous sommes des bêtes brutes ; que les pulsations de l’humanité s’arrêtent aux portes de la négrerie ; que nous sommes un fumier ambulant hideusement prometteur de cannes tendres et de coton soyeux et l’on nous marquait au fer rouge et nous dormions dans nos excréments et l’on nous vendait sur les places et l’aune de drap anglais et la viande salée d’Irlande coûtaient moins cher que nous, et ce pays était calme, tranquille, disant que l’esprit de Dieu était dans ses actes.»
Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal

3 comments on “Le Noir, une créature ratée

  1. Sorry, man. It’s just that guys like James Earl Jones seem to be the best narrators. I guess it’s not as bad as I originally said. Just hold off on sending any letters to Mr. Diesel.

  2. SHEShe called me “the deep one.”She was the blonde one, the pretty one,the petite one,so I guess it was good thatI had “deep,”a word purchased by myoverthinking/pondering/going through the painful process ofbeing first frozen by thefear I could do nothingthen moving throughthought-progressionswhereby I wouldnever trust myself and somust look at everytinydecisionfrom 57 anglesand would have gladly traded“deep”for“pretty.”

  3. Now I’m like, well duh! Truly thankful for your help.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *