Racisme de la beauté et de l’intelligence

Bernard Henri-Lévy : «Quand j'écris, c'est généralement nu»...

L’intellectuel Bourgeois Blanc est Beau et Intelligent. Il l’est tellement qu’il Ecrit Nu. Sa Beauté ainsi se transmet à son écrit. Or un Homme, aussi Beau et Intelligent qu’il soit, transpire des aisselles. Si sa Beauté (avec un grand B comme dans Boursouflure) transpire de sous ses écrits, il en est de même pour la crasse sous les paillettes et le parfum… Laver, parfumer et emballer un crapeau n’en fait pas un prince. Tout comme une grenouille en robe de soirée n’est pas une princesse.

« [Le racisme de l’intelligence] est propre à une classe dominante dont la reproduction dépend, pour une part, de la transmission du capital culturel, capital hérité qui a pour propriété d’être un capital incorporé, donc apparemment naturel, inné.
Le racisme de l’intelligence est ce par quoi les dominants visent à produire une « théodicée de leur propre privilège », comme dit Weber, c’est-à-dire une justification de l’ordre social qu’ils dominent. Il est ce qui fait que les dominants se sentent justifiés d’exister comme dominants ; qu’ils se sentent d’une essence supérieure. »

(Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Minuit, 1984, p.264)

3 comments on “Racisme de la beauté et de l’intelligence

  1. gml dit :

    Ahah génial le coup du j’écris nu. Quel pauvre âne ce type.

  2. Ivan dit :

    Oui , tout cela est juste. Mais Césaire ! c’est autrement mieux dit , non ?

  3. Bader Lejmi dit :

    surement que Césaire parle de celà. mais ce qui m’intéressant dans ce passage de Bourdieu c’est qu’il insiste sur l’incorporation au sens littéral, c’est-à-dire comment les caractéristiques sociales s’impriment dans notre corps, d’attitudes et de comportements qui nous font appartenir à une classe, une race, supérieure…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *