Contre l’islamophobie et le sionisme : la savate

La savate française comme stratégie nationale

La savate française comme stratégie nationale de résistance

Nous sommes le 28 décembre 2009. Soit un an et un jour après le début de l’agression par l’armée sioniste de ce que nous devons désormais nommer ghetto de Gaza. Agression qui a couté la vie à près de 1400 personnes dont plus de 400 enfants, et par près de 5500 blessés dont à peu près la moitié de femmes et d’enfants. Nous pourrions discourir longtemps sur les horreurs de cette guerre mais ce n’est pas l’objet de notre propos.

Sur un réseau social bien connu, le message de Tahar Houhou, participant de la Gaza Freedom March1 m’a été transmis par une khomrada2 : « Nous allons passer notre seconde nuit devant l’ambassade. Enfermés, privés de tout, à plus 300 sur 900 m2. On est dans la situation des Gazaouites, 1 toilette pour 300, rien à manger, rien à boire. Encerclés par plus de 1000 policiers, affamés, assoiffés que nous alimentons comme on peut. Honte à la France, honte à l’Egypte ».

Un peu plus tard je lis un message de la même khomrada, m’invitant à écrire au Ministère français des Affaires étrangères et à l’ambassade d’Egypte. L’objectif étant de faire en sorte que la France fasse pression sur l’Egypte pour laisser la Marche pour la Paix entrer dans Gaza. Sur le moment javoue que mon sentiment de culpabilité de citoyen français bien au chaud dans un pays dit libre a été titillé. Les cours d’éducation civique m’enseignant les formidables valeurs républicaines n’étaient pas tombées dans l’oreille d’un sourd. J’avais déjà reçu par le passé des invitations à faire pression sur mon gouvernement pour tel ou telle cause. Jugeant celle-ci particulièrement juste et nécessitant une action urgente, je m’apprêtais à faire preuve de responsabilité et ainsi réaliser mon devoir de citoyen concerné en écrivant à mon Ministre en lui demandant fermement, mais avec tous les égards du à sa position, de mettre en application le fameux « droit d’ingérence » dont il est un des plus ardents promoteur.

Puis dans la minute qui a suivit, une autre nouvelle m’a rappelée à la dure réalité de ce monde triste et sordide. Cette nouvelle m’informait que le directeur du Renseignement militaire français, le général de corps d’armée Benoît Puga, est venu personnellement inspecter le chantier de construction du mur sous-terrain cloturant le côté egyptien du ghetto de Gaza3). Chantier supervisé par ailleurs par des officiels français et états-uniens…

Je m’apprêtais donc candidement à demander à M. Bernard Kouchner, Ministre français des Affaires Etrangères, de faire pression sur l’Egypte pour permettre à des gentils et pacifiques volontaires internationaux de rentrer dans Gaza apporter de l’aide humanitaire. Le même homme, Bernard Kouchner, qui avait tour à tour : soutenu en 1991 et en 2003 l’invasion de l’Irak et demandé la tête de feu le Président Saddam Hussein, blanchi en 2003 l’emploi par Total de travailleurs forcés en Birmanie sous l’opprobe des ONG4, avait signé la perfide pétition contre les prétendus «ratonnades anti-Blancs» en 20055, refuse de décerner la médaille des droits de l’homme à une ONG Palestinienne6, s’échine à tenter de faire libérer le soldat israelien Guilad Shalit par tous les moyens7 tandis qu’il accorde à peine de l’attention au français Salah Hamouri emprisonné par Israel8, et soutient toujours l’occupation notamment par la France de l’Afghanistan tout en faisant partie du gouvernement du Président le plus sioniste que la République Française ait connue. Le Ministre d’un gouvernement qui participe à la construction d’un mur sous-terrain brisant le peu de liens avec l’extérieur qu’entretient le ghetto de Gaza.

Ainsi comme disait le souverainiste Jean-Pierre Chevènement, Bernard Kouchner n’a pas besoin de retourner sa veste, c’est l’uniforme de la pensée conforme, doublée à l’intérieure. De ses positions nous pouvons ainsi déceler le contenu de cette pensée unique. Le droit d’ingérence, étendard de Kouchner, n’est, pour Chevènement, que « le maquillage astucieux de ce que l’on pourrait appeler le néo-impérialisme »9. C’est d’ailleurs le chroniqueur télé tendance vieille droite, Thierry Ardisson, qui dans une émission radio en 199310, déclarait : « La colonisation ? De toute façon, on va devoir s’y remettre. Alors, on appellera ça comme on veut pour pas choquer les gens, on appellera ça ingérence humanitaire mais ce sera la même chose. » Il y présente d’ailleurs son roman où voulant donner un visage humain à la colonisation, il présente un colon  européo-centriste des années 1930, mais de gauche, utopiste et voulant apporter « la liberté, l’égalité, la fraternité, l’électricité » aux « bons hindous« , qu’il décrit comme « un Kouchner de l’époque ». Ce colon, un Kouchner de l’époque, ses amis de gauche (on devine laquelle) avouent l’aimer : « Ton gars on l’aime et plus on l’aime plus on devient colonialiste ». C’est là que tout se joue !

Car, en réalité, les colonisateurs sionistes ont plutôt la côte en France. Certes on aimerait qu’ils soient moins brutaux mais eux-mêmes admettent y être poussé de force par la barbarie arabo-islamique. Au fond, se disent-ils, Israel n’est-elle pas la seule démocratie du Moyen-Orient disposant de l’armée la plus morale du monde ? Ainsi la logorrhée du lobby sioniste n’a de succès que parcequ’elle renforce l’idéologie colonialiste Occidentale poussée dans ses derniers retranchements. Le lobby sioniste ne fait qu’un avec ses alliers naturels, les élites dominantes  politiques et médiatiques, aux intérêts éminément convergents dans la défense de la suprématie de l’Occident Blanc-chrétien. La propagande sioniste renvoyant à l’Occident sa propre image, l’ennemi du sionisme est l’ennemi de l’Occident. Lorsque cette clique vous affublera de l’étiquette antisémite, ce ne sera qu’un synonyme d’ennemi de l’Occident Blanc11. Et comme si celà ne suffisait pas, cette collusion se double d’un marquage aux fers rouges des musulmans. Ce soudain amour des Juifs, après des siècles de persécution en Occident, légitime l’antisémitisme génétique de l’Occident sur son autre face sémite : l’arabo-musulman. L’amour des Juifs et d’Israel passant désormais par un redoublement d’islamophobie tandis que l’islamophobie conduit à un sionisme invétéré12. Le site occidentaliste par essence, Riposte Laique, dans un article titré Comparer l’islamophobie à l’antisémitisme des années 30 est une obscénité, apologétique à l’égard  d’Israel, déclare ainsi « être islamophobe, c’est lutter contre l’antisémitisme, alors que combattre l’islamophobie, c’est le favoriser »13. Le débat en cours sur l’identité nationale de notre chère patrie des droits de l’homme, est une flagrante  démonstration de l’incorporation de l’islamophobie dans l’idéologie nationale toute entière focalisée sur la question musulmane14. Etrange miroir de la question juive qui, en un siècle en France, est passée de la rhétorique de l’assimilation avec les Lumières à celle de l’extermination sous Vichy15 puis à celle du soutien au sionisme, un colonialisme juif.

Prenons un instant au sérieux ces sionistes islamophobes, combattre l’islamophobie et extirper le lobby sioniste de la France, nous l’avons vu c’est lié, n’est-ce pas au fond s’en prendre à l’idée même d’identité nationale ? Car en effet le sionisme est un colonialisme dont la France est un membre fondateur. Mieux qu’un discours, en voici une preuve en vidéo :

retrouver ce média sur www.ina.fr

Ainsi je ne vois rien de français pouvant nous aider à faire pression sur le gouvernement despotique et collaborateur d’Egypte et encore moins sur Israël, si ce n’est la boxe, ou plutôt la savate française. Car c’est par des coups de savates, à l’instar de l’illustre Montadhar Zaïdi16, que nous ferons pression sur nos gouvernants et que nous les ferons céder plutôt que par d’innombrables autant qu’inutiles pétitions. Pour le ghetto de Gaza et la libération de la Palestine, pratiquons, en France, la politique de la savate !

Cet article a été republié sur le site des Indigènes de la République.

  1. http://www.legrandsoir.info/+Lettre-ouverte-de-la-Gaza-Freedom-March-au-President-Mubarak+.html []
  2. contraction de kho’ et de camarade, le tout au féminin []
  3. Gaza : la France supervise le prolongement du Mur de séparation []
  4. Rapport Kouchner : les ONG consternées []
  5. Un appel controversé contre le racisme « anti-blancs » []
  6. Kouchner interdit la Palestine []
  7. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/12/23/01011-20091223FILWWW00376-shalitfrance-attendez-quelques-jours.php et Détention de Guilad Shalit : Réponse de Bernard Kouchner []
  8. La claque de B. Kouchner à la famille Hamouri []
  9. http://www.dailymotion.com/video/x8uozg_chevenement-casse-bhl-et-kouchner_news []
  10. Thierry Ardisson chez Serge de Beketch []
  11. comme l’affirme par ailleurs Ivan Ségré dans la réaction philosémite []
  12. http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=825 []
  13. http://www.ripostelaique.com/Comparer-l-antisemitisme-des.html []
  14. http://oumma.com/Identite-nationale-islam-laicite []
  15. http://fr.wikipedia.org/wiki/Question_juive []
  16. L’histoire de ma chaussure, par Muntadhar al-Zaidi []

8 comments on “Contre l’islamophobie et le sionisme : la savate

  1. Ivan dit :

    OK pour la savate.Pour l’hygiène de notre humeur.

    A plus long terme , ce serait plutôt une meilleure politisation de musulmans français et des citoyens d’origine arabe qui serait une solution efficace: Il sont bien plus nombreux que les sionistes, et l’exercice réel de leur citoyenneté finirait par porter ses fruits. Quant je dis meilleure, je vise évidemment d’autres attitudes que celle des gens récupérés par Sarko and C°. Pas les soi-disant « intégrés » véritables « désintégrés culturels ». Au vu de sa population réelle, il n’y a pas assez de blacks et de beurs dans la vie politique française. Quant ceux-ci auront enfin pris politiquement leur place réelle dans la république, les sioniste seront réduits à leur véritable place: celle d’une minorité impuissante.

    Mais à propos de savate,moi qui ne suis pas français j’aimais bien la savate irakienne, ..

  2. Bader Lejmi dit :

    @Ivan, je crois que j’aurais du préciser mon analyse. Ce que je dis c’est bien qu’être plus fort ou plus nombreux que les sionistes n’a pas de sens. Devenir de « vrais » citoyens ne va pas faire de la France un pays anti-sioniste. Quand vous parlez d’intégration vous voulez en réalité parler d’assimilation. Je différencie les deux. L’intégration produit des beurs et des blacks à partir des descendants d’immigrés post-coloniaux arabes, noirs et musulmans. Quand on se dit beur ou black c’est déjà être intégré, ne plus utiliser ses propres mots pour se définir. De la même façon qu’un Islam réformé, de France, libéral, des lumières est une entreprise d’intégration… Vous parlez des sionistes comme d’une « minorité impuissante, » je m’inscris en faux avec cette vision qui opposerait minorité puissante et minorité impuissante. En réalité ce qui différencie les deux c’est surtout que les dominants élisent les minorités qui ont droit de voix au chapitre. La solution ne peut donc être de négocier avec la domination pour en faire partie en tant que membre du club honoraire. Elle doit constituer en une politique de la savate.

    La politique de la savate c’est le contraire de la politique de l’intégration ou de la demande d’intégration qui elle-même s’oppose à la politique d’assimilation. La politique de la savate récuse l’assimilation qui dépersonnalise mais également l’intégration qui trace une ligne entre les bons et les mauvais. La politique de la savate se donne pour objectif principal non pas de discuter avec mais de récuser la domination. Dans le cadre du débat sur l’identité nationale, la politique de la savate rejette son idée même et non pas la forme qu’elle prends. Dire souchiens c’est pratiquer une politique de la savate par exemple, car c’est dénoncer une domination explicitement. Bien sûr il ne s’agit pas d’expulser les souchiens de France, mais il s’agit d’expulser la souchitude de l’esprit des gens et des politiques d’Etat.

    Ce que j’ai bien aimé la poésie de la savate c’est qu’elle vient de France même, donc que nous pouvons employer une chose française contre l’idée dominante de la France, mais une chose française qui est aussi la traduction (au sens du même signifié mais pas du même signifiant) de la godasse irakienne. C’est aussi que la savate ne vise pas à tuer un ennemi par haine mais à battre un adversaire en le respectant. Ainsi opposons à l’assimilation qui élimine et l’intégration qui consiste a conserver la forme mais à vider le contenu, la traduction culturelle qui subvertit et transforme à la fois la culture de destination comme la culture de départ dans une symétrie visant à conserver le sens et la forme tout en rendant à la fois le sens et la forme intelligible à l’autre. La traduction culturelle forme un nous des protagonistes en respectant leur corporalité respective. Comme dirait Glissant respecter l’identité comme identité-relation.

  3. Ivan dit :

    Bader,Je n’ai jamais écrit ni « assimilation » ni « intégration » .Vous avez une furieuse tendance à mettre dans la pensée des autres ce qui ne s’y trouve pas ! J’ai écrit « une meilleure politisation ». J’aurais dû préciser encore que pense à une prise de pouvoir, à la prise de conscience de sa force et de son pouvoir dans le société. Évidemment que si l’on est « assimilé », ou « intégré », on perd tout pouvoir ! La politisation passe par la prise de conscience culturelle, par le rejet de l’idéologie du dominant, par le rejet de sa logique, par l’utilisation de ses contradictions internes( prenons-les au mots, provoquons l’aboutissement, dans sa totale absurdité ,de leur logique falsifiée) Alors dans ce sens-là, oui va pour la savate française !
    Cela étant, je ne pense pas que le souchiste le plus visqueux soit celui de droite qui affirme clairement sa tribalité, mais celui du centre-gauche qui prétend à l’universalité: celui-là est un champion de l’esquive ! Leur opposition actuelle au débat sur l’identité nationale est purement opportuniste; la plupart, sous leur vernis républicain, sont des souchiste, comment dirais-je … idéologiques ? En effet ils remplacent la tribu blanche par l’idéologie républicaine pour arriver au même résultat pratique et aux-mêmes arrières-pensées souchistes. Sous prétexte d’égalité et de fraternité leur but est de « blanchir  » l’idéologie de tous. Je sais, c’est un peu tordu, mais si vous grattez un peu,l’on voit bien le souchiste qui veut s’ignorer.

  4. Ivan dit :

    Ps : j’allais oublier à propos de la phrase « De la même façon qu’un Islam réformé, de France, libéral, des lumières est une entreprise d’intégration… » Faut vraiment être français pour penser sérieusement à un islam de « France ». Ce pays est trop petit pour l’Islam.La France n’est quand même pas le nombril du monde.. Encore que, quant on songe à Boubakeur, oui,peut-être… mais cela ne donne-t-il pas la nausée ? Par contre un islam européen , cela a plus de sens : de même l’islam est objectivement et subjectivement vécu différemment au Maghreb qu’en Turquie et en Malaisie. Cela étant , pourquoi réduire une réforme de l’islam à une entreprise libérale ? C’est faire injure à tout un immense effort de reprise en main de sa foi de par le monde par de très nombreux musulmans qui n’ont aucune tendance à se laisser récupérer. Et parmi eux , la démarche d’un Tariq Ramadan, même si je ne la suis pas totalement, est des plus intéressantes.Pour moi, il en faudrait plus de cette trempe-là: ne pratique-il pas la savate française…à la suisse ?

  5. Bader Lejmi dit :

    Je vois rejoins en grande partie votre analyse même si je reste circonspect par rapport à l’idée d’un Islam européen. On pourrait en revanche parler d’une entreprise de dé-nationalisation et de dé-racialisation des conceptions et pratiques de l’Islam, c’est-à-dire les manières dont l’Islam est pratiqué et conçue par rapport à des territoires nationaux, des peuples, et à leurs Etats. L’Islam en Europe ne devrait pas être poussé vers une province communautaire d’une métropole Islamique, ce qui se passe lorsque le racisme dont l’islamophobie s’accentuent, ni non un plus un autre pôle concurrent, comme dans les logiques multiculturelles et intégrationnistes, mais plutôt une dissémi-nation des musulmans impliquant de se penser à chaque échelle (locale, nationale, internationale, professionnel, amical) par rapport à son référentiel islamique de communauté d’appartenance cultu-r-elle mais aussi son référentiel islamique d’éthique disons plus séculière.

    Sur le souchisme, je suis également en partie d’accord. Ce que j’appelle souchisme c’est bien le discours sur la souche que tient la droite et une partie de la gauche, mais ce que fait la gauche c’est de l’intégrationnisme le plus souvent. Même si les deux sont les 2 mains de l’idéologie colonialiste. Et en celà, vous avez totalement raison. Ce que fait la gauche peut s’avérer plus pernicieux sur le long terme puisqu’elle tends à différencier les évolués parmi les indigènes, qui eux ont les bonnes valeurs, des barbares dont on ne peut rien attendre et qu’il faut au mieux tolérer au pire réprimer à défaut de clandestiniser ou d’expulser…

  6. Le mécréant dit :

    Bjr Philippe,

    Je poste ici, car il me fallait bien choisir et ayant envie de réagir à tout et que je n’en ai pas les moyens, ni le temps de démultiplier les interventions. Ca fait un moment que la lecture de vos pages m’hérissent !!!

    Contre l’islamophobie? Ah bon? C’est un crime d’avoir peur d’une religion qui fait tristement parler d’elle avec ses sourates douteuses et ambiguës?

    On ne se bat pas contre la peur de l’islam.., on rassure et là vous me rassurez pas!

    Ce site me fait peur par l’intelligence mise au service d’une malhonnêteté intellectuelle s’évertuant à dénaturer les principes républicains de laïcité en jouant de l’extrapolation des textes de 1905 …, passons…

    Je n’ai pas plus de confiance aux autres religions qui me font également peur par la philosophie qu’elles véhiculent. Bien que n’ayant absolument aucune fibre raciste, je défendrais jusqu’au bout le droit d’avoir d’autres opinions (Y compris religieuses) , sachant que le racisme ne constitue pas un délit en soi contrairement à certaines formes de son expression comme la diffamation, les insultes à caractère raciaux etc.

    Je pense que le racisme n’a jamais été aussi puissant en France depuis que la gauche s’est évertuée à le combattre! Avant on avait une poignée de racistes complètement à la masse et maintenant une majorité électorale qui s’est décomplexée en votant Sarkoleon, l’homme qui nettoie la france…

    Le racisme à cela de commun avec les religions c’est qu’ il est une zone de refuge pour la malhonnêteté intellectuelle en plus de cultiver les mêmes idéaux liberticides.

    On fabrique les ennemis dès que l’on les désignent, alors en lieu et place de se battre contre l’islamophobie et de contribuer à souligner les différences, pourquoi ne pas vous battre pour un islam qui ne nous ferait pas peur?

    Vos débats sont faussés par votre spécificité pro-islamiste qui ne manqueront pas de se heurter aux autres religions alors que le racisme contre les juifs est une constante de bcp de blogs fréquentés par des islamistes.

    Alors le racisme un fléau que vous ne maîtrisez pas non-plus?
    Décidément, les conseilleurs ne sont pas les payeurs!

    La laïcité est le seul garant de la liberté des cultes.., libertés accordées tant que cela ne cause pas de problèmes aux autres confessions, aux athées ou aux agnostiques

    Cordialement,

  7. Bader Lejmi dit :

    Bonsoir monsieur « Le Mécréant »,

    tout d’abord, mon blog n’est pas un espace d’expression libre. C’est un site où je publie des articles qui peuvent être commentés et faire l’objet d’une discussion mais ne sont pas ouvert à papoter comme chez soi. Je ne connais pas le Philippe auquel vous vous adressez…

    Je vais néanmoins répondre à vos attaques :
    1) merci pour le compliment sur mon intelligence, en revanche l’accusation de malhonnêteté vous pouvez la garder pour vous.
    2) l’islamophobie ne consiste pas à refuser l’Islam comme religion, mais à considérer que l’Islam, en tant que culture, et les musulmans sont inférieurs. Si vous n’aimez pas des sourates du Coran, j’en suis désolé pour vous mais je ne vois pas le rapport avec le fait de considérer le fait cultu-r-el Islam comme inférieur à tout autre fait cultu-r-el. Vous êtes libre de ne pas vous reconvertir à l’Islam et même de professer publiquement que c’est une erreur, ou que les religions c’est le diable, si ça vous chante tant que vous n’attaquez pas le groupe des musulmans.
    3) l’assimilation, c’est à dire la fin des différences, ce n’est pas lutter contre le racisme, c’est au contraire le produire.
    4) la laïcité présenté au travers de ce blog est la conception initiale avant qu’une laicité d’exception taillée sur mesure pour les musulmans soient mise en place dans un esprit tout colonial.
    5) aucun des articles ici présent n’est pro-islamiste. Ils sont juste contre le racisme, le sexisme et le colonialisme. Quelque fois aussi contre le capitalisme. Mais c’est la même affaire, enfin selon moi. Il n’y a nulle trace d’antisémitisme, au contraire, dans une logique antiraciste je m’emploie à lutter contre puisqu’il s’agit d’une perversion lorsque ce même est antisémitisme est amalguamé pour la lutte de libération des palestiniens. Il faut cesser de confondre juifs et sionisme.

  8. Le mécréant dit :

    Bonsoir,

    La malhonnêteté intellectuelle, n’est pas un crime.., c’est une paresse de l’esprit!

    l’Islamophobie est étymologiquement une peur de l’islam, peur qui est réelle pour bcp de personnes à travers le monde et dont je fais partie. Les histoires de cultures différentes ou d’infériorité du musulmans sont archies minoritaires pour ne pas dire insignifiantes au point ou je n’ai pas encore rencontré dans mon entourage quelqu’un qui soutient des accusations pareilles et je pense fréquenter suffisamment de monde pour avoir un échantillon assez représentatif .

    Je note que partout ou l’assimilation des différences n’existe pas c’est la guerre assurée . Quand on doit mener une guerre c’est que l’on a déja perdu et que l’on risque le tout pour le tout ! Le racisme est comme la connerie, il existe partout mais on ne fera pas la guerre aux cons.., cherchez l’erreur…, et pourtant il y a des conneries qui portent bien plus à préjudice!!!

    Le racisme est partout et la haine est son moyen d’expression.., cherchons les haineux et le racisme ne sera jamais très éloigné 😉

    La laïcité est un ensemble permettant une cohésion entre les différentes croyances et les non-croyants afin de garder un visage neutre qui correspond au plus grand nombre.

    Je suis suffisamment cultivé pour ne pas faire l’amalgame entre le sionisme et les fantasmes qui lui sont associés et le peuple juif.., amalgame qui est pourtant courant sur les sur de la plupart des blogs ou des musulmans s’expriment (les blogs de politique,religieux, conspirationistes etc)

    Je ne suis pas dans une logique de querelles , mais de constats qui sont différents des vôtres et je n’arrive absolument pas à comprendre vos raisonnements alambiquées autrement que dans une réflexion propagandiste pro-islamique.

    Je suis un interlocuteur sincère , direct et franc pas très doué pour des jeux diplomatiques qui aime malmener les idées mais pas les êtres humains.

    Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *