Merci Sœurs Caroline, Elisabeth et Dounia…

freeyou

Cet article fait partie du dossier sur la burqa. Il documente la constatation des dégats causés par la burqa sur quelques éminentes féministes…

La plus grande partie des preuves à charge contre l’hypocrisie féministe et diversité de ces députés est issu du travail de la revue Pro-Choix à l’élection des législatives de 20021. Nous les en aurions remercié si sa directrice, Caroline Fourest, ne s’était pas montré d’un cynisme sans pareil. En effet elle était invité à l’émission télé C dans l’air sur  France 5 intitulé « Le voile : second round » et animé par l’inerrable Yves Calvi avec comme autre supporter de l’interdiction du port du voile intégral le député UMP Jacques Myard2.

Ce dernier  avait y osé dire qu’en France « nous sommes dans une tradition multiséculaire où les femmes sont l’égale de l’homme». Parlons-nous de la même France, celle dont la « tradition multiséculaire » incluait droit de cuissage, mariages forcés, interdiction du divorce, de l’avortement, interdiction de la femme de gérer ses biens et de voter ? Celle qui éxécuta Olympe de Gouge et qui pratiqua la prostitution à grande échelle dans ses colonies ? Ces propos rétablissent le patriarcat français « traditionnel » le plus dur par l’entremise d’un révisionnisme3. Si vous vous imaginez qu’e ce monsieur fut corrigé dans l’instant par Caroline Fourest, militante féministe « pro-choix », vous auriez été très déçu.

Pourtant elle savait pertinemment qui elle avait en face d’elle puisqu’elle l’avait placardé dans le top 12 des pires députés « anti-choix que l’on voudrait vraiment ne plus voir à l’Assemblée »4 dans la revue Pro-Choix qu’elle dirige… Mais sur le plateau, nulle mention de sa part des positions sexistes, racistes, homophobes et xénophobes qu’a eut Jacques Myard dont elle avait pourtant connaissance. Bien au contraire, elle abondait dans son sens pour défendre l’interdiction de la burqa dans une sorte de pacte de non-agression entre féministes blanches et mâles blancs réactionnaires prenant en appui commun leur paternalisme colonial et leur islamophobie.

Dounia Bouzar, anthropologue du fait religieux, ex-membre du CFCM, hier défenseuse des filles voilées5, pratique désormais le désormais très populaire takfir6 (déni d’islamité) à l’encontre des femmes musulmans en niqab dans l’espoir que sacrifier ces femmes à l’autel de l’hystérie islamophobe permettrait de sauver les « musulman-e-s modéré-e-s » dont elle s’imagine la bergère… Ainsi devant la la mission d’information parlementaire sur le port du voile intégral, elle a défendue une loi de prohibition en insistant sur la nécessité de l’aborder par son volet sécuritaire et non religieux pour ne pas «considérer le niqab comme musulman» par peur de donner «une vision archaïque» de l’Islam afin de ne pas «faire le procès de l’Islam». Ce faisant, l’on constate que de façon paradoxale, qu’elle aborde le sujet d’un point de vue religieux en violation du principe de laïcité qui ne reconnaissant aucun culte peut encore moins chercher à donner une bonne vision ou respecter l’Islam comme elle le demande. Étonnant retournement de veste après son article « Monsieur Islam n’existe pas, Pour une désislamisation des débats. »7 implorant les responsables politiques de cesser d’aborder les problèmes de société par le fait religieux.

Elisabeth Badinter, féministe française quant elle luttait encore contre le patriarcat, s’est elle aussi reconverti dans désormais très prospère filon du féminisme colonial8. Publié le 9 juillet 2009 dans le Nouvel Observateur, elle envoie une « adresse à celles qui portent volontairement la burqa »9 qui relève davantage de l’invective affichant publiquement son ignorance vu qu’il ne s’agit pas de burqa mais de niqab. Mais elle se montre surtout méprisante de la liberté de culte garantie par la laïcité en  s’improvisant, comme tant d’autres avant elles, théologienne islamique en affirmant que le voile intégral ne relève « pas du commandement religieux mais de la tradition » wahabite10 et pachtoune. Légitimant l’intolérance religieuse, elle déclare « vous devez bien vous rendre compte que vous suscitez la défiance et la peur, des enfants comme des adultes. ». Elle reprends également à son compte le crédo « La France aimez-la ou quittez-là » sous forme d’une question rhétorique « pourquoi ne pas gagner les terres saoudiennes ou afghanes » oublieuse que la grande majorité de ces femmes sont françaises… D’ailleurs dans les rapports mentionnant le nombre de femmes portant la burqa, est rapporté qu’un grand nombre d’entre elles sont des françaises converties, c-a-d des françaises blanches. Parler de françaises converties c’est une façon de nier le caractère français des converties descendantes d’immigrés  africains subsahariens et de maghrébins11. Elisabeth Badinter n’échappe pas au crédo de l’accusation de fascisme vert12 : « vous utilisez les libertés démocratiques pour les retourner contre la démocratie ». La réponse du berger à la bergère serait de lui répondre « vous utilisez le féminisme pour les retourner contre le droit des femmes à disposer d’elles-mêmes  ».

Mais épargnons ces féministes égarées et revenons plutôt à nos patriarches souchistes de députés qui eux méritent notre juste colère…

  1. Nous avons pris au mot l’invitation à se mobiliser que la campagne d’informations qui se donnait « pour but de réveiller la conscience civique en armant (d’informations citoyennes) les citoyens-militants désireux de se mobiliser pour que certains élus ne puissent plus exercer leur action anti-choix au sein du parlement. » []
  2. http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1186 []
  3. http://www.monde-diplomatique.fr/2007/04/CHOLLET/14649 []
  4. http://www.prochoix.org/pages.action/legislatives/legindex.html []
  5. http://www.nsae.fr/actualite/voilees-ou-non-les-jeunes-musulmanes-semancipent/ []
  6. Coran 4:176. Plusieurs hadiths du prophète Muhammad (SAWS) insistent sur la gravité du takfîr : « Si une personne dit à son frère : Ô kâfir (mécréant), alors l’un des deux le mérite. Soit l’accusateur a raison, soit c’est lui-même à qui ce nom s’applique.  » Rapporté par Boukahry et Mouslim. «  Celui qui lance à son frère une accusation de kufr (mécréance), c’est comme s’il le tuait. » Rapporté par Boukahry et Mouslim. []
  7. http://www.amazon.fr/Monsieur-Islam-nexiste-pas-d%C3%A9sislamisation/dp/201235842X []
  8. http://lmsi.net/spip.php?article188 []
  9. http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2331/articles/a405327-.html?xtmc=burqa&xtcr=2 []
  10. Courant religieux islamique officiel d’Arabie Saoudite. []
  11. http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/07/29/la-police-estime-marginal-le-port-de-la-burqa_1223776_3224.html []
  12. Terme inventé pour désigner une forme de fascisme qui se baserait sur l’Islam []

2 comments on “Merci Sœurs Caroline, Elisabeth et Dounia…

  1. […] la principale actionnaire se trouve être une femme, féministe de surcroit, Elisabeth Badinter. Grande libératrice des femmes burkisées et voilées de France et d’Afghanistan au côté de Ni Putes, Ni Soumises… IFOP dont la dirigeante est la sémillante patronne des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *